Brabant Wallon La Ligue des familles a mené une grande enquête pour connaître les attentes des parents

On pourrait penser à un remake du film avec Mel Gibson Ce que veulent les femmes, sauf que cette fois-ci, ce ne sont pas les femmes qui sont à l’honneur mais les parents. En effet, au travers d’une vaste enquête, la Ligue des familles s’est intéressée aux attentes de ces parents, notamment en matière de petite enfance.

Au sein de la Jeune Province, ce sont un peu plus de 300 parents qui se sont exprimés et les résultats sont assez interpellants. Pour 72 % d’entre eux, il est très important de créer de nouvelles places dans les crèches existantes alors que la moyenne générale ne se situe qu’à hauteur de 60 %.

Autre axe fort : le prix des crèches. Quand on sait qu’en privé, il faut parfois débourser jusqu’à 700 euros pour faire garder son enfant pendant une semaine, on se rend vite compte que cela risque de ne pas être facile tous les jours. D’ailleurs, face à ces coûts importants, certains parents sont dans l’obligation d’arrêter de travailler pour pouvoir s’occuper de leurs enfants. Et l’enquête le démontre bien puisque pour 83 % des parents brabançons wallons sondés, il est important, voire très important, de diminuer le coût des crèches. Un pourcentage bien plus élevé que la moyenne générale qui est de 77 %.

Enfin, le dernier axe analysé en matière de petite enfance, ce sont les gardes en cas de maladie. Pour 86 % des parents, il est important, voire très important, de pouvoir bénéficier de gardes d’enfants malades contre 84 % en moyenne.

Une campagne qui livre un résultat intéressant, surtout à quelques mois de nouvelles élections communales. De quoi peut-être (ré)orienter les programmes de certains partis. C’est d’ailleurs l’un des objectifs attendus par la Ligue des familles, comme l’explique Delphine Chabbert, secrétaire politique de la Ligue des familles. "Notre objectif, c’est que les futurs élus de tous les partis mènent des politiques adaptées aux besoins des familles. Les communes n’ont pas des fonds illimités et certaines demandes ne relèvent pas des compétences obligatoires au niveau communal. Il n’empêche, le bien-être des enfants, la qualité de vie pour les familles et une attention aux plus fragiles devraient orienter le travail des bourgmestres et échevins de toutes couleurs politiques."

Reste à voir à présent si ces résultats auront une quelconque influence sur les politiques qui seront menées dans un avenir proche.