Brabant Wallon Les curieux pourront voir un robot qui trait les vaches seulement quand elles en ont envie !

Une toute récente étude menée à la demande l’Agence wallonne pour la promotion d’une agriculture de qualité (Apaq-W) le démontre : les Belges en général et les Wallons en particulier sont attachés aux produits de terroir et connaissent les difficultés que rencontrent les agriculteurs pour continuer à exercer leur métier.

Mais pour encore mieux rapprocher le monde agricole du grand public, depuis vingt ans, les journées Fermes ouvertes (www.jfo.be) encouragent les curieux à entrer dans la cour des exploitations qui participent. Le week-end des 23 et 24 juin, elles seront 64 en Wallonie à accueillir les visiteurs, dont sept en Brabant wallon. Objectif : mieux faire comprendre les enjeux de l’activité agricole, mais aussi se détendre en famille à la ferme, et évidemment déguster de bons produits directement sur place.

Ce sera notamment le cas à la ferme Pussemier, à Bois-Seigneur. Eddy, qui a repris la ferme de ses beaux-parents, a misé à l’époque sur le lait, le prix permettant de vivre convenablement. Depuis, comme on s’en doute, il a un peu déchanté…

Mais la famille a misé sur l’innovation et l’audace : Annie, son épouse, s’est spécialisée dans la transformation et vend quatre jours par semaine à la ferme des fromages, des yaourts ou encore des glaces pour lesquelles les amateurs viennent de loin. Les Pussemier ont également installé, il y a quelques années, un distributeur de lait frais où les clients peuvent venir se servir 24 h sur 24. L’appareil fournit 55 litres par jour, de manière pratiquement constante : certains clients viennent de Bruxelles pour goûter au lait de ferme produit sur place.

Et lors des week-ends Fermes ouvertes, on pourra voir une autre curiosité, installée depuis six mois : un robot de traite où les vaches passent… quand elles en ont envie ! De retour de la prairie ou après un peu de repos, elles ont pris l’habitude de passer dans ce robot lorsqu’elles en éprouvent le besoin. Résultat ? Un meilleur bien-être pour les animaux, mais aussi une production augmentée !