Brabant Wallon

Le tribunal correctionnel du Brabant wallon a confirmé, mercredi sur opposition, la peine de deux ans d'emprisonnement qu'il avait infligé par défaut en avril dernier à Frédéric B. Ce Nivellois multirécidiviste n'avait plus droit à la moindre mesure de faveur et était impliqué dans une bagarre de café qui s'était déroulée le 3 septembre 2016 à Braine-l'Alleud. Il avait affirmé aux policiers qu'il ne pouvait pas être présent dans l'établissement, puisqu'il était sous bracelet électronique au moment des faits. 

Il est apparu que lors de la bagarre, il avait échappé au système de surveillance mis en place. La victime avait désigné le prévenu comme étant son agresseur, puis l'avait formellement reconnu sur photo. Les policiers ont dès lors vérifié les affirmations de Frédéric B. et il leur a été confirmé qu'au moment des faits, l'intéressé était effectivement sous surveillance électronique dans un appartement qu'il louait à Braine-l'Alleud. Mais la nuit de la bagarre, il n'était plus dans le périmètre de l'appareil. C'est la raison pour laquelle il a été condamné par défaut à deux ans d'emprisonnement ferme.

Faisant opposition à ce premier jugement, le prévenu a affirmé devant le tribunal qu'il logeait dans un appartement situé sous une grande dalle de béton, et que le signal envoyé par le dispositif du bracelet électronique ne franchissait pas cette barrière.

"C'est une explication qui arrive pour la première fois après deux ans, et sans le moindre élément pour la confirmer! ", avait rétorqué le ministère public en requérant la confirmation du premier jugement. Le tribunal a donc suivi ces réquisitions plutôt que la thèse du prévenu.