Brabant Wallon La ferme communale est vendue et un compromis est signé pour l’ex-cité administrative

La ferme du Bon Air, située le long de la chaussée de Nivelles entre Lillois et Braine-l’Alleud, n’appartient plus à la commune de Braine-l’Alleud. Elle abritait jusqu’à l’an dernier le service des travaux mais suite au regroupement de tous les services communaux dans l’ancien bâtiment Toyota, ce vaste bâtiment du XIXe siècle était vide et la commune l’a mis en vente en confiant la procédure au Comité d’acquisition.

Lequel a mis un certain temps pour organiser la vente, et surtout pour évaluer ce bien offrant près de 3.000 m2 de plancher, un grand parking, une cour intérieure et un terrain de près d’un hectare. La ferme, qui offrait un potentiel pour une série d’activités dont de l’horeca vu sa situation stratégique, avait été finalement évaluée à 670.000 euros.

Quatre offres sérieuses ont été remises et ces candidats ont été réunis mardi pour une sorte de séance de mise en concurrence, organisée par le Comité d’acquisition alors que la commune jouait les spectateurs (très) intéressés. Finalement, l’acquéreur qui a offert le meilleur prix a proposé 1,03 million d’euros.

Il s’agit de l’entrepreneur Serge Bassem, qui a le projet d’implanter dans la ferme un incubateur d’entreprise et un espace de co-working. "Ce projet est à un stade embryonnaire mais celui qui le porte est quelqu’un de très sérieux, qui va sans doute demander un partenariat public auquel nous serons attentifs, indique le bourgmestre Vincent Scourneau. Parce que créer là-bas une pépinière d’entreprises est évidemment un projet intéressant pour la commune."

Le regroupement des services communaux depuis cet été a également libéré des locaux en centre-ville, et il y a du neuf également pour l’ancienne cité administrative : Vincent Scourneau a signé hier le compromis de vente pour céder le bâtiment au Chirec.

Le prix n’est pas encore public mais il est de nature à concrétiser le joli "coup" du maïeur brainois, qui avait comme but d’acquérir la nouvelle maison communale en réalisant une opération blanche. Et il restera encore à vendre le 37 de l’avenue Léon Jourez.