Brabant Wallon Le collège a remplacé le parquet de la salle de basket, mais a bien d’autres ambitions…

À l’occasion de la création de la piscine sur le site du Paradis, le collège brainois a jeté les bases d’une régie communale autonome permettant de gérer les infrastructures sportives avec plus d’efficacité, et de récupérer les montants de TVA sur les travaux et les dépenses de fonctionnement.

C’est au travers de cette régie que cet été, le parquet de la salle Gaston Reiff a été poncé, retracé et rénové. Dont coût, 60.000 euros. Au bénéfice des joueurs et joueuses de basket ? Oui, mais pas seulement. On y a également ajouté des lignes dédiées au patinage artistique à roulettes, et le complexe sportif brainois est dès lors la seule infrastructure à offrir cela en Brabant wallon.

Lors de l’inauguration lundi, le bourgmestre Vincent Scourneau a détaillé les avantages de la mise en place de la régie tout en soulignant que la maison des sports n’était pas mise en péril : elle joue un rôle de conseil technique indispensable.

Et des conseils, le collège - si sa composition ne change pas après les élections d’octobre prochain - en aura visiblement besoin puisqu’un grand projet se profile au stade Gaston Reiff. Le maïeur brainois a en effet confirmé aux sportifs que la construction d’une nouvelle salle, en partenariat avec le secteur privé, était en réflexion.

L’idée est de négocier l’achat des terrains encore libres qui jouxtent le stade actuel côté butte du Lion, pour construire de nouvelles installations. "Actuellement, nous occupons toutes les surfaces dont nous sommes propriétaires sur ce site du stade Gaston Reiff, confirme Vincent Scourneau. On avait doublé les surfaces il y a quelques années mais il y a 5.000 sportifs à Braine-l’Alleud, et l’offre doit pouvoir s’étendre encore."

D’où l’idée de construire une salle supplémentaire, et de mettre à l’étude un master plan pour repenser globalement les différentes affectations sur le site. Si le basket, par exemple, s’installe dans la nouvelle infrastructure, l’espace qui sera libéré pourra être repensé pour d’autres disciplines.