Brabant Wallon Vincent Scourneau déplore le manque de communication avec la zone de secours

On est passé à deux doigts du déclenchement d’un plan catastrophe, dans la nuit de samedi à dimanche à Braine-l’Alleud. Un incendie s’est déclaré aux alentours de 4 h 30 du matin dans la rue Fosse au Sable et pour éviter les risques pour les habitants vus les importants dégagements de fumée, les pompiers ont décidé d’évacuer l’immeuble entier.

Une centaine d’habitants ont donc été contraints de sortir de leur logement au milieu de la nuit. Sans conséquences majeures, précisons-le d’emblée : une seule personne a été prise d’un malaise suite aux inhalations de fumée, mais elle a pu quitter l’hôpital une demi-heure après y avoir été admise. Rien de bien grave, donc.

Quant aux dégâts, ils sont limités au sous-sol, à l’étage des garages – qui ne peuvent pas être utilisés depuis plusieurs mois pour des soucis de conformité – et dans la matinée, tous les occupants ont pu regagner leur logement.

Entre-temps, ils avaient été pris en charge par un bus communal et emmenés au Vignoble, le home du CPAS, où ils ont pu rester à l’abri et recevoir un repas. “Le sinistre a été bien géré, je n’ai rien à dire sur la manière de travailler de la zone de secours, commentait hier matin le bourgmestre brainois Vincent Scourneau. Par contre, il y a un vrai problème de communication avec les bourgmestres. Je n’ai même pas été averti par les pompiers ! J’ai appris ce qui était en train de se passer avec une heure de retard, via la zone de police.

Une situation qui n’est pas du goût du maïeur. “Ce n’est pas la première fois, je suis excédé ! J’ai déjà fait acter ce problème au collège de zone. S’il se passe quelque chose de vraiment grave dans une commune et qu’on estime par la suite que le bourgmestre n’a pas réagi assez vite, c’est sur nous que cela va retomber !