Brabant Wallon

Six personnes ont pu être engagées par le CPAS et 20 par la Ville

C’est un peu en voisine que la Nivelloise Valérie De Bue, ministre des Pouvoirs locaux, s’est rendue dans les locaux de la nouvelle administration communale brainoise. Il s’agissait de dévoiler le contenu de futurs arrêtés permettant, en Région wallonne, d’accentuer les synergies entre les administrations communales et les CPAS.

Et le lieu est symbolique puisque depuis plusieurs années, Braine est engagée dans un tel projet pilote. De plus, depuis un an, CPAS et commune partagent le même bâtiment. Un seul lieu d’accueil pour ceux qui arrivent, des marchés publics communs, une clé de répartition 75/25 pour les frais de bâtiment, tout cela permet de réaliser des économies d’échelle. "Nous travaillons ensemble mais en gardant l’enveloppe budgétaire qui était prévue pour le CPAS, et nous nous étions également engagés à ne pas diminuer l’emploi, a précisé le bourgmestre Vincent Scourneau lors de cette visite ministérielle. Ce qui se passe, c’est que l’argent économisé va directement financer la politique sociale, et plus l’infrastructure."

Confirmation du président du CPAS Olivier Parvais : à enveloppe constante, six personnes supplémentaires ont pu être engagées par le CPAS pour mener ses missions de manière encore plus efficace. De quoi inspirer la ministre De Bue, qui a précisé qu’à ce stade, il n’était pas question de fusion entre CPAS et commune, même si certains l’évoquent.

Ceux qui le veulent peuvent pousser les synergies très loin avec un coup de pouce de la Région wallonne mais de toute façon, fusionner les deux institutions n’est pas une compétence régionale : c’est le fédéral qui pourrait décider d’une telle mesure. "Il y a une balise institutionnelle mais c’est une logique financière à laquelle on n’échappera pas dans les années à venir , estime de son côté le bourgmestre brainois. On parle même d’une nouvelle fusion de communes et avant cela, il faudra épuiser les possibilités de fusion en interne. C’est inévitable, alors autant anticiper."