Brabant Wallon L’arrêté d’expropriation a été signé. Le permis sera introduit l’an prochain

En 2015, à l’annonce de la nouvelle, le bourgmestre de Beauvechain, Marc Deconinck, était assez ravi d’apprendre que le ministre des Travaux publics de l’époque, Maxime Prevot, avait décidé d’accorder un subside de 850.000 € pour la construction d’un rond-point au carrefour du centre.

Mais voilà , depuis lors, à raison de 10.000 véhicules par jour, il y en a eu des usagers qui y sont passés, mais surtout, qui ont pesté face au temps d’attente pour traverser le carrefour. Aux plus mauvaises heures de la journée, le délai pouvait atteindre 30 minutes !

Le bourgmestre l’avouait lui-même à ce moment, la situation devenait intenable avec des files atteignant Bossut, à environ deux kilomètres de Hamme-Mille ! Inutile d’indiquer que ce giratoire est attendu en vue de fluidifier le trafic.

On a appris ce vendredi que les choses évoluent enfin positivement. Un arrêté d’expropriation a été signé tout récemment. La Région va dès lors pouvoir procéder aux emprises et, ensuite, le permis va être réintroduit, dans le courant de 2018.

Vu les éventuels recours, les démarches administratives fastidieuses, et les imprévus, il est envisageable d’espérer le commencement des travaux en 2019.

Pour rappel, le giratoire a fait l’objet de très longues réflexions. La solution retenue par le SPW est, selon les autorités, assez bien pensée. Elle lèverait les craintes sur l’accès à la rue Goemans, un moment compromis. Il s’agira d’un carrefour à cinq branches qui sur l’emplacement prévu n’aura aucune incidence sur un blocage de cette voirie allant vers Tourinnes-la-Grosse.

Chacun s’accorde à dire que ce carrefour entre la N 25, la N 91 et deux voiries locales - les rues René Ménada et Auguste Goemans - constitue un des points stratégiques de la dorsale du Brabant wallon, la N 25 qui relie Louvain à Nivelles en passant par Wavre et Louvain-la-Neuve.

La N 25 supporte en effet 10.000 véhicules par jour dont 10 % de camions à Hamme-Mille.