Brabant Wallon

Cinq ans déjà que Caravelles a appareillé. Un lustre, donc, que ce dispositif soutenu à la fois par l’ONE et par l’Awiph s’attache à "favoriser l’inclusion des enfants en situation de handicap dans les milieux d’accueil de la petite enfance en Brabant wallon" .

L’occasion pour ses responsables de changer de logo mais, surtout, de faire le point sur cette action qui gagne à être davantage connue des professionnels du secteur.

"À la base, il y avait le constat relayé par l’Awiph que nombre de parents cherchaient des places d’accueil pour leurs enfants porteurs d’un handicap tandis que, du côté de l’ONE, peu ou pas de demandes de ce type", se souvient Jacques Ternest, le président de Caravelles. "Alors que s’il y a bien un âge où tous les enfants peuvent grandir ensemble au bénéfice de tous, c’est bien entre 0 et 3 ans."

D’où la naissance de ce dispositif composé aujourd’hui d’une psychologue, d’une coordinatrice à mi-temps et de deux puéricultrices (sans oublier une psychomotricienne à la demande). Toutes interviennent en fonction des besoins des crèches, accueillantes, haltes-garderies… qui font appel à elles.

Numériquement parlant, 21 milieux ont profité des services de Caravelles en cinq ans pour 42 enfants en situation de handicap, touchant du même coup 585 enfants valides.

Sur le terrain , les aides apportées par l’équipe sont de différents ordres : information et sensibilisation des personnels des milieux d’accueil; participation à la formation de ceux qui le deviendront; accompagnement des structures sous forme de renfort d’une puéricultrice en fonction des besoins ou de soutien à la direction; mise en réseau des divers acteurs et orientation de ceux-ci vers les personnes-ressources.

Une aide aux multiples facettes qui semble être appréciée. Aux Petits Tambours, à Lasne, par exemple, on pointe Caravelles comme "un phare qui guide sur la voie" ou encore une "plus-value énorme pour l’équipe et le projet". Et des témoignages comme celui-ci, il y en a sans doute beaucoup d’autres.