Brabant Wallon En 2012, le Lasnois Cédric Gillis devenait le plus jeune échevin du Brabant wallon

Aujourd’hui âgé de 27 ans, Cédric Gillis est le plus jeune échevin actuellement en fonction en Brabant wallon. Domicilié à Lasne, il y a été élu avec 471 voix de préférence en octobre 2012 alors qu’il se trouvait pourtant à une 20e place peu exposée sur la liste MR-IC emmenée par l’ancienne bourgmestre Brigitte Defalque. "Le soir des résultats, ce fut une très grosse surprise, confie le jeune Lasnois. Je me souviens que mes parents étaient devenus blêmes en apprenant mon score. Je concède que le fait que mon oncle (NdlR : Alain Gillis) soit échevin sortant et que ma famille soit connue à Lasne a sûrement aidé. Mais je ne pensais pas pouvoir être élu d’une telle manière."

Quelques jours après, la nouvelle bourgmestre Laurence Rotthier le contactait pour qu’il intègre l’équipe scabinale. Avec la Jeunesse, les Nouvelles technologies et l’Agriculture comme compétences. "Je n’ai pas eu le sport car la fusion des clubs de football d’Ohain et de Lasne était en cours. Et il était logique que Françoise Cottin termine le fantastique travail qu’elle avait entamé."

Une fois l’exécutif communal intégré, il restait à Cédric Gillis à se faire un prénom. "Je ne suis pas arrivé avec mes grands sabots en renversant la table, en prétendant que ce qui avait été fait avait été mal fait. La commune était bien gérée jusque-là. Il n’y avait pas lieu de tout chambouler. J’ai toutefois tenté d’apporter ma touche personnelle. Au final, je pense que, malgré ma jeunesse, j’ai su apporter mes idées sans aller en contradiction avec ce qui avait été fait."

Cédric Gillis avoue toutefois avoir parfois dû batailler pour se faire entendre. "Quand on entre dans une nouvelle équipe, il faut savoir se faire entendre. Il a fallu que je m’impose avec mes arguments. Mais j’avoue que mon intégration a été facilitée par les autres membres du collège. Ils ne m’ont pas vu comme une menace mais comme un atout. L’entente a d’ailleurs été excellente durant ces six années. Et Laurence (NdlR : Rotthier) a su mener la barque pour qu’on avance tous dans la même direction."

Six ans plus tard, Cédric Gillis dresse donc un bilan plus que positif de son expérience scabinale. Et espère bien être encore de la partie pour les six prochaines années. "J’ai vécu une expérience enrichissante tant humaine que sur le plan professionnel. Et je pense avoir pu apporter ma pierre à l’édifice pour encore améliorer le cadre de vie des Lasnois. Quand je regarde en arrière, je me rends compte du travail accompli. Aujourd’hui, j’ai une connaissance complète de mes dossiers. J’ai beaucoup appris en six ans."

À l’aube des élections communales, Cédric Gillis entend continuer à se battre pour ses convictions. "Je suis amoureux de ma commune. On doit en préserver le cadre de vie. Cela passe notamment par le maintien du commerce, une amélioration de l’offre sportive et un soutien à l’agriculture, un domaine qui m’est cher puisque je suis issu d’une famille d’agriculteurs."