Brabant Wallon

L'auteur des faits devra répondre de ses actes devant un juge

C'est un acte tout bonnement crapuleux qui a été commis, samedi soir, du côté de Nivelles. Un jeune habitant de la cité aclote s'est filmé en train de jeter à plusieurs reprises son chien par sa fenêtre, depuis un logement situé plusieurs mètres au-dessus du niveau de la rue.

Après avoir placé une première fois son chien, visiblement terrorisé, sur le rebord de la fenêtre du premier étage, il lui a donné quelques caresses avant de lui demander "T'es prête ?", puis d'indiquer que la femelle avait "les yeux en sang", laissant présumer qu'elle avait déjà reçu des coups. Il a ensuite poussé l'animal dans le vide. Quelques secondes plus tard, on peut entendre l'impact.

Dans une deuxième vidéo, rebelote. Sauf qu'il lance cette fois son animal depuis le deuxième étage. L'impact fut plus violent et l'on peut entendre les couinements du chien. L'auteur des faits indiquera ensuite dans des messages adressés à des connaissances que l'animal était décédé. 

Au départ transmise dans le cadre d'une conversation privée, la vidéo a fuité et est arrivée chez Sans Collier. L'ASBL perwézienne a décidé de porter plainte. Le mineur d'âge qui a commis cet acte odieux a été identifié. "Nous avons prévenu les autorités, confie le directeur de Sans Collier, Sébastien De Jonge. Nous ignorions alors si l'animal était effectivement décédé. Nous avons donc demandé qu'une saisie puisse être effectuée. Et les autorités ont été réceptives à notre demande."

Sur les coups de 17 h, la police est intervenue au domicile du Nivellois, avec un vétérinaire. Lequel a constaté des lésions sur la pauvre chien, heureusement toujours en vie. "Au départ, nous pensions qu'il s'agissait d'une mise en scène mais la deuxième vidéo est très claire, confie le chef de corps de la zone de police de Nivelles-Genappe, Pascal Neyman. L'animal a bien été jeté d'une hauteur d'environ 5 mètres."

Sans Collier a aussitôt demandé la saisie du chien. "Nous avons demandé la saisie de l'animal ainsi que d'un autre chien présent dans l'habitation car ils n'étaient plus en sécurité, confie Sébastien De Jonge. Le bourgmestre a autorisé cette saisie. C'est une saisie provisoire et nous attendons que la saisie définitive soit ordonnée. Nous pourrons alors soumettre les deux chiens à l'adoption."

En attendant, les deux chiens ont été placés chez Un Toit pour Eux, un refuge pour animaux à Nivelles. A la fois Un Toit pour Eux et Sans Collier se sont porté parties civiles et entendent bien aller jusqu'au bout pour faire condamner l'auteur des faits.