Brabant Wallon Christian Fayt (EPI) va officiellement devenir bourgmestre d’Ittre ce lundi soir.

Changement de cap à Ittre : après Ferdinand Jolly, c’est au tour de Christian Fayt (EPI) d’endosser le costume de maïeur pour les six prochaines années. Rencontre avec le nouveau bourgmestre ittrois.

Revenons sur cette soirée du 14 octobre. Comment l’avez-vous vécue ?

"On était confiant mais la pression est montée au fil des heures. On savait que deux groupes allaient se détacher (les IC et nous) et on était dans l’expectative des résultats des Libéraux. Quand on a appris qu’on avait six mandats, on savait qu’on devenait les ‘maîtres du jeu’ et on a rencontré les Libéraux et Pacte."

Justement, Pacte a déploré votre manière de faire. Vous comprenez leur réaction ?

"Certaines décisions me sont restées en travers de la gorge. De 2006 à 2012, on formait une tripartite avec Ittre + (4 sièges), PA (3) et Ecolo (2). Au soir des élections de 2012, PA est passé de 3 à 2 sièges, Ecolo de 2 à 1 et nous de 4 à 7. Quand on a souhaité reconduire cette tripartite, PA est venu nous demander trois sièges pour évincer Ecolo et former une majorité avec deux partis. On n’est pas rentré dans ce jeu et on a pris la décision d’aller avec les IC. Ce qui signifiait également que je ne serais pas bourgmestre mais c’était peut-être mieux comme ça sinon je me serais retrouvé pieds et poings liés. Mais la vraie question à se poser, c’est de savoir pourquoi personne ne voulait aller avec les IC cette année ?"

Votre réponse à cette question ?

"Le manque de soutien était très frustrant. Dès qu’il s’agissait d’une école communale par exemple, tout était remis en question avec des discussions interminables. Je n’en veux pas à Ferdinand (Jolly) mais à un moment, il faut trancher. Je pense qu’il a été mal conseillé !"

À présent, vous vous retrouvez à nouveau avec une très courte majorité (9/17). Est-ce inquiétant ?

"Ce n’est pas la première fois. Alors certes, c’est très juste mais je pense qu’on sera plus soudé. Cela ne m’inquiète pas d’autant plus que tout le monde a prouvé qu’il souhaitait faire avancer la commune."

À quel style de bourgmestre peut-on s’attendre ?

"Ce qui est important, c’est d’aller vers les gens. J’ai été échevin pendant douze ans et je suis souvent allé vers eux. Pas toujours avec les réponses qu’ils souhaitaient mais au moins, ils avaient une réponse et je pense que leur donner une réponse, même si ce n’est pas celle qu’ils veulent, c’est plus important que de rester dans l’inconnu. De plus, les décisions ne doivent pas venir d’en haut et être imposées à la population : il faut expliquer les projets et en discuter ensemble afin qu’il y ait une participation active."

Les priorités de Christian Fayt

Qui dit nouveau bourgmestre dit également nouvelles priorités et celle qui animera la prochaine législature, c’est sans aucun doute la création d’une nouvelle école du côté de Virginal. "Cela prendra du temps et je ne sais pas si on y arrivera en six ans mais c’est le rôle d’une commune de proposer des services de qualité pour les enfants", explique Christian Fayt. Il faut dire que si Ittre compte 6 800 habitants, plus de 1 000 élèves fréquentent les différents établissements scolaires.

Mais c’est bien la qualité de vie en général qui va être au centre de toutes les attentions. "On s’est battu pour la crèche car c’est une catastrophe pour les parents. Il faut qu’on puisse leur proposer des solutions car généralement, ce sont les deux parents qui travaillent et s’il n’y a pas de place en crèche, on se retrouve avec d’importants problèmes."

Autre priorité : la remise en état des bâtiments. "Je pense à l’amélioration de certains bâtiments au centre administratif et nous aimerions dynamiser l’Espace Bauthier, continue Christian Fayt.L’idée est d’y mettre notamment le musée Marthe Donas à côté." Le futur bourgmestre espère également mettre sur pied une nouvelle bibliothèque qui prendrait place derrière le syndicat d’initiative.

Sans oublier de préserver les activités économiques et culturelles dans la commune. "Virginal Paper et les Forges doivent continuer de tourner car elles génèrent d’importants revenus pour la commune. En ce qui concerne le théâtre de La Valette, nous allons tous nous réunir (commune, propriétaire, province, etc.) pour fixer des objectifs clairs et précis", conclut Christian Fayt qui ajoute la création d’un centre d’accueil de la petite enfance dans la cure via un partenariat privé/public.