Brabant Wallon

Les dossiers ne sont pas endommagés. Mais l'électricité est toujours coupée

Au lendemain de l’incendie qui a touché un des bâtiments de l’ancienne école normale à Nivelles, des responsables se trouvaient sur place pour constater les dégâts. Et livrer une première précision : la haute école Paul-Henri Spaak n’est absolument pas touchée par le sinistre. Elle est installée dans une autre partie du site, tout comme l’internat.

Dimanche soir, la foudre a frappé la toiture du bâtiment où sont installés des services administratifs dépendant de la Fédération Wallonie-Bruxelles: l’administration générale des infrastructures scolaires pour le Brabant wallon, et le Service de protection judiciaire (SPJ).

Les dégâts se limitent a priori à la toiture (autour du clocheton), grâce à l’intervention rapide des pompiers. Et les combles étaient vides. Mais l’eau qu’il a fallu déverser pour maîtriser les flammes s’est inévitablement répandue à l’intérieur. Ainsi, aujourd’hui, il n’y a plus d’électricité dans le bâtiment.

« Non, les dossiers ne sont pas partis en fumée, tout est encore en bon état, indique sur place la directrice du Service de protection judiciaire, dans son bureau du rez-de-chaussée. Mais en raison des problèmes d’électricité et de téléphonie, le service sera inaccessible et fermé jusqu’au vendredi 4 mai. Tout sera mis en oeuvre pour pouvoir rouvrir dès le lundi 7 mai. »

Il n’y avait personne dans les locaux au moment du sinistre et hier était un jour de congé pour les fonctionnaires censés travailler dans les lieux. Toutes les familles qui avaient rendez-vous au SPJ seront contactées pour recevoir des informations.