Brabant Wallon Six amis s’envolent ce matin pour trois semaines de Coupe du Monde

Le coup d’envoi de la Coupe du Monde en Russie sera officiellement donné ce soir à Moscou. Un événement qui devrait attirer plus de trois milliards de téléspectateurs. Et quelques privilégiés auront la chance d’assister à l’une des soixante-quatre rencontres qui seront au programme dans l’un des douze stades accueillant la compétition.

Parmi eux, quelques Brabançons dont Nicolas, Vincent, Julien, Cédric, Corentin et Alan. Les six amis s’envoleront ce matin pour le pays des Tsars et ne reviendront que le 1er juillet. "Ce voyage permet de lier nos passions : le foot, notre pays et les voyages, confie Nicolas, habitant de Perwez. Nous y allons avant tout pour vivre l’ambiance propre à la Coupe du Monde. Il y a tant de personnes qui viennent des quatre coins du monde et qui partagent les mêmes valeurs que nous... Cela donne une atmosphère incomparable. Cela permet de rencontrer des gens que l’on n’aurait jamais rencontrés ailleurs."

Ce voyage, ils le préparent depuis de nombreux mois déjà. "Cela fait en effet dix-huit mois que l’on se penche sur son organisation, précise Nicolas. Dans un premier temps, on a sélectionné ce qu’on voulait voir et faire. Et on a tout résumé en un roadbook de… 32 pages ! Ça nous a permis de réserver les logements et les vols à l’avance et de bénéficier de prix corrects."

Ce n’est qu’après la réservation des vols et des hôtels que le tirage au sort des matches a eu lieu. Étant membres assidus d’un groupe de supporters, ils étaient déjà assurés d’avoir leur place pour le match des Diables face à la Tunisie et à l’Angleterre. "On ira aussi voir le match de la Pologne contre le Sénégal, même si on aurait espéré voir jouer le Brésil, l’Argentine ou l’Allemagne. Par contre, on n’ira pas à Sotchi pour le match contre le Panama car ça nous aurait privés de trois jours de visites à Moscou."

Car le foot est surtout un prétexte pour découvrir un nouveau pays. Membres du club des Fossis évoluant en Abssa, quatre d’entre eux étaient déjà allés au Brésil en 2014 ainsi qu’à l’Euro en France. "Ici, on commence par Moscou. Il y aura beaucoup de supporters. Ce qui va créer une ambiance incroyable. On en profitera pour visiter le Kremlin, le spectaculaire métro et d’autres sites immanquables. Nous passerons aussi une journée dans une ville princière de l’Anneau d’Or, Serguiev Possad. Puis dix jours à Saint-Pétersbourg, que nous visiterons à pied, en bus, en bateau et même en hydroglisseur pour se rendre au palais de Peterhof."

Un voyage qui devrait leur procurer des souvenirs impérissables. "Au Brésil, on a joué au foot sur la plage avec les enfants d’un village de pêcheurs. Ça reste un souvenir extraordinaire. Beaucoup disent d’ailleurs qu’à côté de notre voyage au Brésil, ce séjour ne sera pas à la hauteur. Je ne suis pas d’accord car la Russie a un patrimoine et une histoire exceptionnels."

Quant à savoir si la Belgique peut être sacrée, Nicolas se veut prudent. "Soyons réalistes. La victoire n’échappe pas aux grandes nations du foot. Au final, ce sont toujours les mêmes que l’on retrouve dans le dernier carré. Mais j’ai espoir de l’atteindre. Tout le monde dit qu’on a une génération exceptionnelle. Les joueurs savent qu’ils doivent le prouver. Les signaux sont encourageants. Ils sont en train de trouver leurs marques dans ce nouveau système."

Y. N.

En savoir plus

Instagram :

reddevilstravel 2018