Brabant Wallon Le village d’Enines devrait à l’avenir subir moins de soucis d’alimentation

À Orp-Jauche, deux villages subissent de très nombreuses coupures d’eau depuis de longs mois : Noduwez mais aussi et surtout Enines. Depuis des années, des travaux doivent avoir lieu. On ne perdra pas de temps à établir à qui est la faute mais, le 6 juin dernier, la SWDE a exposé les chantiers à venir, dont celui d’Enines. De quoi rassurer quelque peu les habitants même si, personne n’est dupe, il faudra encore attendre plusieurs années avant que l’ensemble des chantiers soient terminés et que les coupures d’eau ne soient plus monnaie courante.

La conseillère d’Opposition Nathalie Xhonneux, habitante d’Enines et donc concernée, a pris soin de consulter directement la SWDE. Des réponses claires ont été données. "Pour ce qui concerne Enines, il est prévu deux types de travaux en deux temps, assure-t-elle. En septembre 2018, il sera question de raccorder le haut d’Enines via une nouvelle canalisation (rue de la Bruyère) à un surpresseur sur le château d’eau de Jauche dit de la Tombale. Ce dernier est lui-même alimenté par le captage de Noduwez. Cela permettra de résoudre les problèmes actuels d’alimentation défaillante pour cette partie du village. Ce château d’eau est bien plus élevé que le captage actuel sur Mont-Saint-André dont nous dépendons aujourd’hui. Le surpresseur comblera le dénivelé."

Cependant, cette seule source d’alimentation n’est qu’une étape. En effet, en cas de problème sur ce réseau (Noduwez), de panne d’électricité (qui dit surpresseur dit électricité…), ou d’augmentation du nombre d’habitations, Enines en subira les conséquences directes.

D’où la sécurisation de ce raccordement qui est la deuxième étape. Un plan 2020-2022 de la SWDE prévoit la modernisation de son réseau. Un raccord alternatif est prévu afin de toujours garantir une alimentation en eau égale.

Pour ce faire, la SWDE a passé un accord avec Vivaqua pour une prise d’eau en amont sur une adduction de Vivaqua. "Cela permettra de sécuriser le réseau, de rationaliser les ressources, et donc de limiter les coûts et la répercussion sur le prix de l’eau. Ces travaux ambitieux permettront de passer sur l’un ou l’autre raccordement en fonction des pannes et/ou de l’urbanisation. Cette phase verra aussi la modernisation des canalisations, le remplacement des parties de réseau trop vétustes."