Brabant Wallon Il plaçait ses pacsons dans les œufs en plastique alors qu’un enfant logeait chez lui.

Le 7 octobre 2016, en matinée, les policiers de la zone Orne-Thyle ont été appelés au dépôt communal de Court-Saint-Etienne, où un individu semblait surexcité et était vraisemblablement sous l’influence de substances stupéfiantes.

L’homme a été intercepté et comme il habitait dans le village, les policiers ont mené une petite visite à son domicile. Ce qu’ils ont découvert ne les a pas vraiment rassurés.

Il y avait des traces de consommation de cocaïne et de cannabis et dans l’unique chambre du logement, où l’intéressé dormait avec sa compagne et un enfant de six ans, un cendrier contenait des mégots de joints. Alors que la pièce ne disposait d’aucune fenêtre…

Pire, les agents ont mis la main sur quatre boulettes de cocaïne qui étaient dissimulées dans un petit œuf Kinder en plastique jaune. De quoi faire réagir la présidente du tribunal correctionnel, il y a un mois, lorsque l’affaire a été examinée : avec un jeune enfant dans les lieux, le choix de cet "emballage" pour des drogues dures est plutôt interpellant…

Les policiers ont également noté lors de la visite qu’il régnait dans toute la maison une odeur forte de stupéfiants. L’occupant des lieux ne les a guère convaincus quand il a expliqué qu’il ne fumait jamais en présence de l’enfant, et qu’il attendait que celui soit à l’école pour allumer ses joints.

La compagne du Stéphanois a confirmé que son homme, en plus de boire cinq cannettes de bière par jour, fumait des joints et consommait du speed ainsi que de la cocaïne.

Il n’est pas venu se défendre devant le tribunal, alors que le parquet qui a effectué des vérifications postérieures à la découverte de stupéfiants chez lui sait que l’homme, progressivement, semble se reprendre en main et reprendre un projet professionnel.

Le tribunal a rendu son jugement hier matin : le prévenu écope de dix-huit mois d’emprisonnement assortis d’un sursis mais uniquement pour la moitié de cette peine. Et les différents objets en rapport avec sa consommation, qui avaient été saisis chez lui, sont confisqués.