Brabant Wallon

Les responsables ont introduit une cinquième demande de permis

Déboutée à plusieurs reprises tantôt par les autorités communales tantôt par la Région, la communauté musulmane de Court-Saint-Étienne n’entend pas baisser. Elle a récemment introduit une nouvelle demande de permis d’urbanisme pour la construction de sa mosquée, sur les ruines de l’ancien home Chantebrise, le long de l’avenue des Combattants.

Le projet porte sur la création d’une nouvelle mosquée qui comprendrait deux salles de prière de 50 mètres carrés, une salle d’apprentissage, une bibliothèque et un bureau de fonction. L’objectif des responsables de la mosquée, qui compte près de trois cents fidèles, a pour objectif d’offrir une salle de prière digne de ce nom aux Stéphanoises de confession musulmane.

On en est aujourd’hui à la cinquième demande de permis. À chaque fois, les responsables de la mosquée se sont vus recevoir une fin de non-recevoir, notamment en raison d’une superficie trop imposante ou une présence en zone inondable. "Mais aujourd’hui, on s’est pliés à toutes les exigences de la Commune de Court-Saint-Étienne, confie Abdelhafid Jellouli, le coordinateur de la mosquée. On a construit un projet digne de ce nom et on espère enfin pouvoir accueillir nos femmes pour prier avec nous."

Le projet est estimé à 1,3 million d’euros. L’enquête publique court jusqu’au jeudi 22 février prochain.