Brabant Wallon L’abbaye développe des nouveaux projets pour doper son attractivité

L’année avait commencé en force à l’abbaye de Villers, avec un effet Nikos Aliagas qui avait dopé la fréquentation du site cistercien. L’augmentation du nombre de visiteurs est moins spectaculaire depuis, mais elle est réelle : elle atteint les 10 % chaque mois et, pour faire simple, on est aujourd’hui à 25.000 personnes, contre 15.000 l’an dernier à la même période.

En prenant en compte les activités des différents partenaires, on arrive même à 41.000 visiteurs alors que l’été va seulement commencer. Et à l’abbaye, il commencera avec la quatrième édition de Carrément Bière, un rendez-vous des brasseries artisanales où le public pourra découvrir une vingtaine de microbrasseries (dont sept du Brabant wallon) proposant plus de soixante bières.

Et comme l’événement commence à fidéliser son public, les organisateurs sont soucieux de renouveler les produits pour permettre de nouvelles découvertes : 30 % des bières présentées sont inédites à Carrément Bière.

De bière, il est aussi question indirectement pour une des nouveautés annoncées à l’abbaye : la plantation d’une houblonnière de 120 mètres carrés entre l’ancienne brasserie et la Thyle, à l’endroit où les moines plantaient leur houblon il y a quelques siècles.

L’installation est spectaculaire : le houblon monte jusqu’à sept mètres, et il faut prévoir un soutien efficace aux plants ! Trois variétés sont pour l’instant en train de pousser : du Saaz, du Saphir et du Belgische Spalt. Une dizaine pourraient être présentes à terme, faisant de la houblonnière une sorte de conservatoire.

Le houblon pourra être utilisé lors de la fabrication des bières de l’abbaye. Les Hostieux Moines, eux aussi, sont en train de réfléchir à l’installation d’une houblonnière jouxtant leur micro-brasserie : 200 mètres carrés seront aménagés pour cela.

Autre innovation "nature" annoncée hier sur le site cistercien : deux ruches sont installées sur la colline. Et le printemps a été extraordinaire, notamment grâce à la floraison des acacias qui a permis deux récoltes : trente kilos de miel villersois seront vendus à la boutique de l’abbaye.