Brabant Wallon Un an de prison confirmé sur opposition pour un conducteur ivre et violent

En 2015, le passage par le viaduc de Wauthier-Braine, sur l’autoroute E19, était un cauchemar pour les automobilistes. Les travaux n’en finissaient pas, la vitesse était limitée à 50 km/h, les bandes de circulation réduites, et les embouteillages constituaient le lot quotidien de milliers de conducteurs se rendant à Bruxelles.

Le 3 août 2015, deux voitures se sont accrochées sur place. Yvan, un Ukrainien domicilié à Anderlecht, s’est arrêté et est descendu mais pas vraiment pour établir un constat à l’amiable. Il empestait l’alcool et s’est emporté contre l’autre automobiliste en cause, lui portant des coups avant de s’en prendre à sa voiture. Il a brisé plusieurs vitres et arraché le rétroviseur avant de quitter les lieux.

D’autres personnes étaient à bord de leur voiture mais n’ont pas bronché. Il est vrai que par la suite, alors qu’il était manifestement en état d’ivresse le jour des faits, Yvan a précisé aux policiers qu’il était le seul en état de conduire parmi tous les occupants du véhicule…

On l’a retrouvé grâce au numéro de plaque relevé par un témoin et il a été cité devant le tribunal correctionnel en janvier 2017. Il n’a pas fait le déplacement et a écopé, par défaut, d’un an d’emprisonnement et d’une amende de 360 euros.

Depuis, il a commis d’autres méfaits et s’est retrouvé en prison à Mons, où il a appris la condamnation intervenue à Nivelles pour ses exploits autoroutiers alcoolisés sur le viaduc de Wauthier-Braine. Reconnaissant sa responsabilité, il estimait que la sanction intervenue par défaut était bien trop lourde et a fait opposition.

Son avocat espérait obtenir une peine de travail, expliquant que son client était à présent rentré dans le rang. Le tribunal ne s’est pas montré convaincu : il a confirmé sur opposition la sanction infligée par défaut.

V. F.