Brabant Wallon Le matériel de leur ami photographe a été dérobé durant la soirée de vendredi

La journée de vendredi devait être inoubliable pour Aurélie et Adrien, deux jeunes Nivellois qui se sont dit oui le jour de la fête nationale française. Malheureusement, la journée ne sera pas oubliable qu'en raison de leur union : une partie des photos de mariage ont en effet été volées durant la soirée.

Photographe professionnel, Scott Dubus couvrait le mariage à titre privé, les mariés faisant partie de ses amis proches. Lui et un confrère ont donc immortalisé la journée à l'aide de leurs différents appareils. Mais vers 22 h 30, ils se sont rendu compte q'un appareil et deux objectifs avaient été dérobés . "On avait mis notre matériel à l'écart, précise le photographe. Et on était parti filmer une surprise concoctée par les témoins des mariés. A notre retour, on a constaté que notre matériel avait disparu. On a cherché partout mais a dû se rendre à l'évidence : il avait été volé."

Aujourd'hui, nul ne sait qui est l'auteur du vol. Un membre du personnel de salle ? Un convive ? Une personne extérieure. "Ce serait vraiment crapuleux qu'il s'agisse d'un invité du mariage. J'espère que ce n'est pas le cas."

Mais plus que la valeur financière du matériel volé - estimé, neuf, à 5.000 € - c'est la valeur émotionnelle des photos et vidéos volées qui fait le plus mal au photographe et aux mariés. "La majeure partie des photos étaient dans un autre appareil, souffle Scott Dubus. Mais les photos de la préparation de la mariée (maquillage, habillement,...) ont disparu. Ainsi que la vidéo où les mariés se passent les alliances à l'église."

Aujourd'hui, Scott Dubus et les deux époux cherchent plus que tout à récupérer la carte mémoire de l'appareil. "Ce sont des moments importants qui nous sont volés, précise la mariée. Je vais scruter ma boîte aux lettres en espérant y retrouver une carte SD dans les prochains jours. Je checke aussi sur les sites de seconde main pour voir si on n'y retrouve pas les appareils en vente."

Pour Scott, un autre problème se présente. Pour pouvoir continuer d'assurer ses prestations de photographes, il va devoir acheter un nouvel appareil. "Un boîtier d'occasion coûte près de 3.000 euros. C'est une sacrée somme à sortir. Mais je n'ai pas vraiment le choix..."