Brabant Wallon Le SPW en a étudié la possibilité mais n’a pas les budgets. La Ville estime que c’est la meilleure solution

Une réunion entre les responsables du Service public de Wallonie (SPW) et la Ville de Nivelles s’est déroulée hier pour plancher sur le problème de mobilité sur le R24, le contournement sud de Nivelles.

Depuis des années, la présence de deux ronds-points à bande unique, alors que le ring aclot compte deux bandes, provoque d’importants embouteillages…

Trois solutions ont été étudiées par le SPW : l’élargissement à deux bandes de ces deux ronds-points (près du commissariat central et à la rue de Fontaine-l’Évêque); le placement de feux de signalisation; et enfin l’aménagement de trémies qui permettraient aux véhicules de passer sous les routes qui coupent actuellement le ring. "La meilleure solution, c’est la dernière, mais c’est aussi la plus coûteuse, explique le bourgmestre Pierre Huart. On voit dans le contrat de développement territorial de la province que la N25 et le ring de Nivelles sont des voies structurantes. Le zoning sud continue à se développer mais les entreprises se plaignent des problèmes de mobilité. Et par ailleurs, les riverains voient de plus en plus de voitures sur les chemins de remembrement. Pourquoi faire les choses à moitié alors qu’une trémie peut résoudre ces problèmes ?"

Parce que c’est trop cher, répond-on au SPW : le budget total pour rénover l’entièreté du contournement de Nivelles est de cinq millions d’euros. Soit le coût de réalisation d’une seule de ces trémies, alors qu’il en faut deux. Et que la rénovation du revêtement du ring, qui est indispensable, coûtera déjà environ trois millions…

Le SPW va dès lors se retourner vers la Sofico, pour rapporter le contenu de la réunion d’hier et la demande de la Ville de Nivelles. "Si on veut vraiment développer économiquement la Wallonie, il faut dégager les moyens nécessaires !", commente Pierre Huart.