Brabant Wallon

Véronique Van Acker est jugée pour des escroqueries, notamment envers Luigi Pieroni et Mbo Mpenza

La parole est aux avocats de la défense, mardi devant le tribunal correctionnel du Brabant wallon qui examine le dossier dit Capitalium. En matinée, plusieurs d'entre eux ont pilonné la manière dont l'enquête a été réalisée dans cette vaste affaire d'escroqueries dont certaines victimes sont connues du grand public, comme les footballeurs professionnels Luigi Pieroni et Mbo Mpenza.

L'avocat de la prévenue principale, Véronique Van Acker, a fustigé le travail du juge d'instruction et la lenteur particulière avec laquelle a été exécutée une commission rogatoire au Luxembourg. Me Marko Obradovic, qui plaide le dépassement du délai raisonnable et voudrait une simple déclaration de culpabilité pour sa cliente, a expliqué que pratiquement toutes les auditions qui se trouvent au dossier étaient bouclées dès 2011. Les enquêteurs ont dressé un procès-verbal de synthèse le 22 juin 2011 et l'expertise comptable dans ce dossier portant sur des escroqueries pour plus de 7,2 millions d'euros s'est terminée en mai 2012.

Dès juillet 2010, les enquêteurs connaissaient les ramifications du dossier au Luxembourg. Ce n'est qu'en mai 2011 que le juge d'instruction a demandé aux policiers des documents pour lancer une commission rogatoire au Grand-Duché. Après des échanges manifestement tendus entre les enquêteurs et le juge d'instruction, la commission rogatoire a été rédigée fin octobre 2012, et exécutée le 11 février 2013. Elle était incomplète et a été envoyée complétée au Luxembourg en novembre 2013. Les résultats ont été consignés dans des procès-verbaux de mai et juin 2015.

Entre-temps, à la suite d'une action des parties civiles inquiètes, la chambre des mises en accusation avait prié, en novembe 2014, le juge d'instruction de clôturer l'enquête et de communiquer le dossier au procureur du roi. Et les résultats de la commission rogatoire n'ont pas été soumis à l'expert qui a analysé les comptes des sociétés Capitalium.