Brabant Wallon L’avocat des gestionnaires menace de faire stopper le chantier d’extension de l’école

Suite et sans doute pas fin de la polémique sur les travaux d’extension de l’école de Tilly, qui ont commencé lors des vacances de Pâques. Hier matin, un courrier signé par le bureau d’avocats mandaté par l’ASBL CRCS est arrivé à la maison communale.

Alors que le président de l’association et conseiller communal URC (opposition) Jean-Pierre Brichart s’est toujours défendu de vouloir bloquer les travaux (lire ci-contre), c’est la menace claire que fait peser son conseil, dans ce courrier de mise en demeure. L’avocat de l’association (laquelle regroupe le club de tennis de table, une chorale et deux formations musicales qui utilisent la salle) répond notamment sur l’enlèvement d’une citerne à gaz que la commune exigeait. Il affirme que ce n’est pas réalisable dans le délai fixé.

Sauf que comme on aura pu le lire dans notre édition d’hier, la citerne en question a été enlevée par Antargaz en 24h, sur demande de la commune. Le conseil rappelle à la commune le respect du contrat de bail passé avec le CRCS et estime que le chantier est organisé en violation de ce contrat, parce qu’il priverait la salle d’un accès.

La commune est dès lors mise en demeure de stopper le chantier dans les 24h. À défaut de contact avec l’avocat, il est question de saisir le juge de paix et de lui demander de fixer une astreinte… Le courrier a évidemment été examiné lors de la réunion de collège fixée hier matin. "On a désigné un avocat, mais on n’arrêtera pas les travaux, indique le bourgmestre Emmanuel Burton. Cela fait des années que l’école occupe ce terrain à l’arrière de la salle, et ils n’ont jamais réagi. Négocier maintenant ? Cela fait depuis juillet 2017 qu’on discute. C’est juste de la mauvaise foi, un coup politique."