Brabant Wallon Les personnes âgées étaient ciblées par un vendeur qui se disait simple livreur

L’alerte a été donnée en 2015 par le fils d’un homme âgé habitant à Braine-l’Alleud : il s’est aperçu que le compte en banque de son paternel, pourtant approvisionné de plusieurs milliers d’euros, avait été vidé. Ce senior perdant la mémoire a été interrogé sur la manière dont cet argent avait pu disparaître, et il a évoqué de grosses commandes de vin. Quel vin ? Le fils n’en a pas vu la trace et, pour en avoir le cœur net, il a demandé à son père de recontacter le vendeur.

C’est comme cela que Steeve H. est tombé dans une souricière. Mais lorsqu’il a été interpellé, il a affirmé qu’il n’était pas le vendeur de ces grands crus vendus à prix prohibitif et en réalité même pas fournis.

Le suspect était tout de même en possession d’un facturier lorsqu’on a mis la main sur lui, et on a retrouvé une facture antérieure établie au nom de la victime brainoise. Dans son GPS, les enquêteurs ont relevé des adresses correspondant aux domiciles de personnes âgées… qui elles aussi souffraient de souci de mémoire.

Un premier jugement, rendu par défaut, avait condamné Steeve H. à 20 mois de prison ferme. C’est que l’homme avait déjà de sérieux antécédents… "C’est une escroquerie !, avait tonné le ministère public à l’audience. La technique, ce n’est pas de vendre du vin mais de faire de la récupération de créance en faisant pression sur des personnes qui ont des pertes de mémoire. Monsieur nous parle d’un certain Claude mais il ne peut pas produire de contrat qui le lierait à cet employeur. Et lorsqu’on lui demande à qui il reversait l’argent, il répond que tout était toujours remis en cash. Un co-auteur n’est pas exclu mais on n’a pas pu l’entendre…"

À l’audience, on n’avait pas entendu le prévenu non plus mais il a fait opposition à ce premier jugement. Le tribunal a constaté cette semaine que les conditions de l’opposition n’étaient pas respectées. L’opposition est non avenue, les 20 mois sont confirmés…