Brabant Wallon Un spectacle de fauconnerie malgré les protestations de défenseurs des animaux.

Les responsables de l’ASBL Abbaye de Villers (Brabant wallon) ont présenté, aux côtés du bourgmestre villersois Emmanuel Burton, le programme des premières festivités médiévales qui auront lieu sur le site cistercien. Ce festival est prévu du 14 au 16 septembre et a été mis sur pied en collaboration avec la Guilde Saint-Louis, une association française qui rassemble des compagnies professionnelles spécialisées dans ce genre d’animations.

Un gage de qualité, mais les Français ne connaissaient pas la législation wallonne et avaient programmé un montreur d’ours.

Frédéric Chesneau dispose de toutes les autorisations et se produit partout en Europe. Mais certaines associations sont montées au créneau pour protester contre ce spectacle, rappelant le nouveau décret wallon sur le bien-être animal. Pour rappel, les spectacles de cirque mettant en scène des tigres, panthères et autres éléphants sont interdits chez nous. "Pourquoi pas ceux impliquant des ours ?", s’interrogeaient les associations de défense des animaux comme Wolf Eyes (Aywaille) ou l’ASBL CPN Brabant. "Nous avons pris des renseignements auprès de l’administration régionale et une première réponse semblait positive, confie le bourgmestre Emmanuel Burton. Puis, en approfondissant, on s’est aperçus que ce spectacle n’était pas conforme au décret wallon. Donc le collège de vendredi l’a interdit."

Du côté de la Guilde Saint-Louis, on s’incline… en regrettant la situation. L’ours Valentin sera remplacé par un spectacle de magie. "À la Guilde, l’animal est sacré : quand on fait appel à des gens qui travaillent avec eux, on les connaît, on va voir chez eux comment ça se passe, glisse le directeur artistique, Olivier Caméli. C’est dommage qu’on n’ait pas eu l’occasion d’expliquer tout cela."

Par contre, les spectacles de fauconnerie, contre lesquels protestent aussi les activistes de la cause animale, sont maintenus. Au risque d’action de protestation sur place : l’association Wolf Eyes, par la voix de son président Jean-Michel Stasse, a déjà prévenu qu’elle comptait organiser une "action choc mais pacifique le week-end des festivités pour demander l’interdiction des spectacles de rapaces en Wallonie."

Les organisateurs et la commune, eux, assument, rappelant aux éventuels protestataires qu’il y a des règles de sécurité très strictes à respecter vu le lieu et la présence du public…