Brabant Wallon Une sortie ludique et conviviale pour faire plaisir à qui on le souhaite.

Venir soi-même cueillir quelques fleurs dans un champ pour la fête des mères : c’est possible. Grâce aux fleurs à couper, plus besoin d’aller faire la file chez le fleuriste pour offrir un beau bouquet à une personne qu’on aime.

Concrètement, devant chaque champ de fleurs sont installés des caisses tirelire, des indications par variété de fleurs donnant des conseils de coupe et de conservation ainsi qu’un panneau indiquant le prix unitaire pour chaque variété disponible. Basé sur la confiance (il n’y a personne pour vérifier si vous payez bien ce que vous cueillez), ce concept innovant a de beaux jours devant lui et séduit particulièrement les familles. "Je viens de Bruxelles expressément pour pouvoir cueillir ces fleurs" , explique Julia, la maman de Camille et Hugo. "C’est une chouette activité pour les enfants et c’est intéressant de composer soi-même son bouquet."

Une idée originale à la veille de la fête des mères. "C’est vraiment plus chouette que d’aller cher le fleuriste. On peut prendre les fleurs qu’on veut et celles qu’on préfère." Quant à l’aspect confiance, Julia espère que la plupart des gens sont honnêtes. "Je trouve bien d’avoir fixé un prix. Malheureusement, certaines personnes doivent certainement en profiter pour ne pas payer mais j’espère que la plupart des gens sont honnêtes."

Développée en Allemagne et en Suisse depuis plus de dix ans, la vente de fleurs à couper soi-même au champ s’est développée en Belgique depuis 2007. Si les sites sont limités pour le moment, les gestionnaires ne sont pas contre quelques extensions. "Généralement, ce sont des propriétaires de terrain qui nous contactent pour mettre sur pied un site de fleurs à couper", confirme Maria Bommers, gestionnaire des sites de la Jeune Province.

Un concept original qui apporte un peu de gaieté dans le cœur des clients. "Souvent, nous recevons des commentaires de personnes qui nous disent que ça leur fait du bien de se promener dans un bel endroit fleuri. Je pense que c’est une chouette idée d’excursion avec les enfants", conclut Maria Bommers. Une bonne idée aussi… pour la fête des mères !

© DR

"Certaines personnes sont malhonnêtes"

Actuellement, le Brabant wallon compte quatre sites de fleurs à couper sur son territoire : à Nil-Saint-Vincent, Wavre, Corbais et Walhain. Et si le concept séduit par sa facilité, il est tout de même basé sur la confiance et là, malheureusement, les gestionnaires doivent faire face à de mauvaises surprises. "Je dirais que cela dépend un peu des régions" , note Maria Bommers, gestionnaire de sites de fleurs à couper. "Maintenant, je pense que la plupart des gens sont honnêtes mais c’est impossible pour nous d’être présent tout le temps pour tout contrôler sinon le concept perdrait son charme."

Une activité basée sur la confiance donc mais qui ne rendra pas les gestionnaires riches comme Crésus. " C’est certain : on ne deviendra pas millionnaire avec les fleurs à couper. Maintenant, ce n’est pas notre but non plus. Nous voulons d’abord faire plaisir aux gens en leur proposant des bulbes de qualité. Parfois, on a même des clients qui viennent nous trouver pour nous expliquer qu’ils ont vu une personne venir cueillir des fleurs et repartir sans payer."

Active depuis 2007, Maria Bommers sait que le succès dépend principalement de l’honnêteté des gens mais également… de la météo ! "S’il fait beau, les gens en profitent pour faire une petite sortie en famille, ce qui est très agréable. Mais quand il pleut, comme la semaine passée, c’est un peu plus compliqué pour tout le monde."