Brabant Wallon

Le conseil communal marque un accord de principe sur la télésurveillance

L’installation d’un système de télésurveillance dans le centre de Genappe a été soumise au vote des élus, lors du dernier conseil communal. Un comité de pilotage sera mis sur pied et trois phases sont prévues. La première devrait se concrétiser dès 2018. Il s’agit d’installer des caméras pour surveiller le parking de la plaine, ainsi que les alentours immédiats de l’église. Un montant de 150.000 euros figurera au prochain budget pour réaliser ce projet.

La deuxième phase concerne la place de la gare en remontant vers la rue de Charleroi, et la troisième permettra de garder à l’oeil, en continu, la nouvelle zone commerciale et la rue des Lillas. Une phase 3 saluée par le groupe CDH mais dans l’opposition, on s’est aussi demandé si renforcer l’éclairage ne serait pas une mesure préventive également utile.

« Ce sont deux dossiers distincts, a répondu le bourgmestre Gérard Couronné (MR). Mais probablement que pour obtenir un rendement optimal avec ces caméras, il faudra un bon éclairage. »

Quant au comité de pilotage, qui a intrigué l’opposition Ecolo, il s’agit tout simplement d’une imposition légale. Les Verts ont également indiqué que le problème de l’insécurité dans le centre doit être traité globalement. D’accord, placer des caméras dans le centre améliorera sans doute le sentiment de sécurité. Mais qu’aura-t-on fait pour la prévention, avec notamment les agents de quartier et les éducateurs de rue ?

Pour le maïeur Couronné et le président du CPAS Vincent Girboux, les agents de quartier font leur travail à Genappe, où ils sont en nombre. Et toute une politique préventive est déjà développée depuis plus de 10 ans au travers notamment des collaborations avec l’AMO Tempo. Mais il vient un moment où il faut aussi passer à un volet répressif…