Brabant Wallon

"J'ai entendu un hurlement atroce. Comme s'il avait été renversé par une voiture"

C’est avec un véritable effroi que Mireille Lizin, une habitante du quartier Notre Dame de Foy, à Genappe, a dû se résoudre à dire au revoir à Spirou, son magnifique chat blanc. Présent dans la famille depuis huit ans, il est décédé, mercredi vers 11 h, après avoir été tiré comme un lapin à la carabine à plombs.

Les faits se sont produits quelques heures plus tôt. Comme chaque matin, Mireille a ouvert la porte de son habitation vers 6 h pour laisser sortir ses deux chats. Une vingtaine de minutes plus tard, elle a entendu un hurlement atroce à proximité. “Comme si un chat venait de se faire prendre par une voiture”, confie Mireille, des sanglots dans la voix.

Peu après, Gamin, un chat qu’elle a recueilli il y a quelques années, est revenu en tirant Spirou par le cou. “Comme une maman pourrait le faire avec ses chatons.”

Immédiatement, Mireille s’est rendue chez un vétérinaire de Waterloo. Lequel s’est rendu compte, après avoir effectué des radios, qu’un plomb se trouvait dans le corps de l’animal. C’est seulement après que Mireille a vu un trou béant dans le flanc de son chat. “Le plomb a traversé des organes vitaux. Mon chat n’avait aucune chance de survivre. Il était vacciné, pucé. C’était un membre de la famille à part entière.”

Sur les coups de 11 h, Spirou est donc décédé en plongeant sa maîtresse dans un profond chagrin. Dans une immense colère aussi. “Je ne comprends pas comment un être humain peut s’amuser à faire de telles choses. Mon deuxième chat, Gamin, a fait des efforts inimaginables pour ramener son ami à la maison. En cela, il est plus humain que le tireur.”

Mireille a lancé un appel à témoins sur Facebook pour tenter de retrouver l’auteur du tir. “J’espère qu’il ne s’en tirera pas comme ça. Comment on peut faire ça à un chat. Il gênait ? Il suffit de crier après pour qu’il s’en aille. Que se serait-il passé si c’est un enfant qui avait été touché. Je n’ose l’imaginer. Vu l’heure matinale, je suis persuadée que c’est un adulte qui a fait le coup.”

Mireille espère aujourd’hui que le tireur aura des regrets au vu des conséquences de son acte. Et qu’il ne visera pas d’autres chats dans le voisinage.