Brabant Wallon L’ancienne maison communale abritera le centre culturel, le syndicat d’initiative et la MJ

Pari tenu : la création d’un "pôle culturel" à Genappe, l’un des gros projets annoncés en début de législature par la majorité en place au Lothier, est aujourd’hui concrétisée dans l’ancienne maison communale, au 38 de la rue de Bruxelles.

Les locaux, qui seront inaugurés officiellement vendredi soir, regrouperont le centre culturel, le syndicat d’initiative et, un peu plus tard, la maison de jeunes le Bug-1 (lire ci-contre). Ceux qui ont fréquenté le bâtiment lorsqu’il servait de maison communale - bien avant la fusion des communes et jusqu’au déménagement vers l’Espace 2000 en 2003 - ou d’antenne pour la police locale seront frappés par le changement.

Si l’allée centrale, où passaient les calèches, et le grand escalier ont été conservés, à peu près tout le reste a été remplacé. Pour des raisons de sécurité, les planchers en bois ont été retirés pour faire place au béton. Le syndicat d’initiative s’installera dans l’ancienne salle du conseil communal, à l’avant du bâtiment, tandis qu’une salle polyvalente avec des cloisons amovibles a été créée à l’arrière.

Le centre culturel, lui, va emménager à l’étage, où ont été aménagés des bureaux et trois salles de réunion. Celles-ci seront également mises à disposition des associations locales. Dans les combles, un bel espace est également aménagé, et un "atelier multifonctionnel" servira notamment pour les costumes des journées Louis XI, à présent que celles-ci sont relancées.

Un gros travail d’isolation a été réalisé pour obtenir une bonne performance énergétique du bâtiment, et la toiture a été entièrement remplacée. Un monte-personne a également été installé.

Ce qui porte la facture finale aux alentours d’un million d’euros, soit 200.000 euros de plus que l’estimation initiale de 2015. La Province a subsidié le projet à hauteur de 300.000 euros. "Cette maison, qui était celle des notaires Jottrand, est liée à l’histoire de Genappe, et il n’a jamais été question de la vendre, précise le bourgmestre Couronné. C’est un gros investissement, mais on peut être fier du résultat."