Brabant Wallon Le Collège vient de désigner un bureau d’études, les riverains seront consultés

Cela fait des années que le sort de l’îlot Mintens, du nom de cette petite rue du centre de Genappe, revient de temps en temps sur la table des débats au conseil communal. C’est que la zone offre un triste spectacle, et que sa redynamisation ne semble pas évidente à mettre en œuvre.

La commune achète des immeubles lorsque l’occasion se présente et elle est actuellement propriétaire d’une demi-douzaine d’entre eux. Un temps, des discussions ont été menées avec un promoteur mais elles ont échoué avant de déboucher sur un projet satisfaisant les attentes de la Ville.

Il y a quelques mois, il avait été question d’avancer avec trois partenaires locaux mais là aussi, la solution n’était manifestement pas la bonne. Au dernier conseil communal, Jean-François Mitsch (PS) a interrogé le Collège sur l’état de la situation. "Nous avons demandé qu’un master plan soit réalisé sur l’ensemble de l’îlot, a répondu le bourgmestre Gérard Couronné. Le bureau d’études a été désigné la semaine dernière : il s’agit d’ABR, de Bousval. L’auteur de projets va prévoir des rencontres avec les services communaux, avec le collège, avec la CCATM, avec la commission de réhabilitation et évidemment avec les riverains. Il y aura aussi une réunion de travail avec le conseil communal. Vous me direz qu’on aurait pu le faire plus tôt mais on discutait avec un développeur. Et ça n’a pas marché…"

L’opposition a demandé que les discussions, notamment avec les riverains, se réalisent le plus en amont possible du travail sur le futur master plan, afin de ne pas arriver avec des plans déjà pratiquement terminés. "Ce sera effectivement plutôt une pièce à casser", a confirmé le bourgmestre Couronné. Qui en a profité pour annoncer que le dossier de l’ancienne Galerie du meuble semblait aussi se débloquer, avec l’arrivée d’un nouveau développeur.

Quant à la démolition de l’ancienne boulangerie située à l’entrée de l’îlot, elle reste envisagée mais la commune voudrait d’abord être propriétaire d’une zone plus vaste avant de passer à l’action.