Brabant Wallon La soirée en hommage à Brel et celle consacrée aux musiques urbaines ont connu un franc succès

2018 restera dans l’histoire de l’Inc’rock festival grâce à un prélude consacré à Jacques Brel. "C’est pour moi l’un des grands moments de l’histoire du festival, raconte Benoît Malevé, l’organisateur. Il y avait une belle communion des artistes sur scène. Dans le public, certains spectateurs avaient 85 ans et c’était la première fois qu’ils venaient à un festival."

De cette soirée en hommage au chanteur disparu il y a 40 ans, on retient particulièrement les duos qu’a proposés Typh Barrow aux côtés de Maurane et de BJ Scott. Dans un autre registre, la prestation des Gauff sur Les Bigotes valait également le détour.

Vendredi et sa programmation consacrée au rap et au hip/hop a tenu sa réputation de la journée la plus fréquentée. "On a eu encore plus de monde que l’an dernier", confirme l’organisateur.

Samedi et dimanche, en revanche, moins de personnes ont fait le déplacement jusqu’à la carrière d’Opprebais. "On enregistre environ 4.000 entrées pour samedi malgré la présence de Loïc Nottet et Willy William. Ce dernier a vraiment fait danser les festivaliers et a mis le feu pour la soirée. Dimanche, il y a eu plus de monde, surtout grâce au village des enfants qui a fait un carton. Mais c’est vrai qu’à cause de cela, les concerts ont plus de mal a démarré l’après-midi."

Il aura fallu attendre l’arrivée d’Alec Mansion et du collectif Ambiance 80, vers 17 h, pour que le public se presse devant la grande scène. "On pourrait jouer des heures avec vous, vous connaissez toutes les paroles des chansons des années 1980 !" leur a lancé l’auteur de C’est l’amour.

Léa Pacci, Magic System, Les Gauff et Arno se sont ensuite succédé sur scène, dans une ambiance estivale, à la lumière du soleil couchant. Enfin, du côté de la sécurité, aucun problème n’est à signaler, si ce n’est la dégradation d’un des bus servant de navettes.