Brabant Wallon Le CBTC a ouvert ses portes à la presse et une délégation chinoise

Si vous longez la E411, ce chantier ne vous aura pas échappé. Côté Louvain-la-Neuve, des dizaines d’hommes s’attellent depuis plus d’un an à construire l’un des projets les plus importants pour la Ville et l’UCL : le China Belgium Technology Center (CBTC). Important mais aussi unique puisqu’il s’agit du premier incubateur chinois en Europe.

Ce mercredi, sous un soleil fort généreux, le vice-gouverneur de la province d’Hubei en Chine est venu, avec sa délégation et quelques journalistes, visiter le chantier. Pourquoi lui ? Car c’est dans cette province chinoise, à mi-chemin entre Pékin et Hong Kong que se trouve l’actionnaire majoritaire du CBTC (lire ci-contre).

Actuellement, le promoteur s’attaque au gros œuvre, à savoir construire cinq tours dont un hôtel. "Trois phases d’aménagement sur huit ans sont prévues. La première comprend la construction, sur 37.000 m², d’incubateurs, de bureaux, de laboratoires, de commerces de proximité et de locaux techniques. L’ouverture des premiers bâtiments est prévue pour janvier 2020", insiste Caroline Mouligneau, représentante de la société United Investment Europe (UIE), chargée du développement du CBTC.

Pour les curieux qui sont déjà venus admirer le chantier, il s’agit de la tour du côté du magasin O’green. La deuxième phase, que l’on aperçoit depuis l’autoroute, comprend, sur 26.000 m², un hôtel de 160 chambres destiné à héberger les expatriés chinois en court séjour chez nous, un centre de services et des salles de conférence, d’autres incubateurs, des commerces et des locaux techniques, ainsi que la construction de deux autres immeubles de logements dans le centre de Louvain-la-Neuve.

La troisième phase est celle de la construction sur 34.000m² des derniers incubateurs et de leurs parkings. Au centre, une petite placette piétonne sera construite au-dessus de deux niveaux de parkings de 825 places. À terme, sur huit hectares de terrain, le CBTC comprendra cinq incubateurs pour accueillir des entreprises chinoises high-tech spécialisées dans les biotechnologies, les nanotechnologies, l’informatique et les télécommunications, l’optoélectronique et le développement durable.