Brabant Wallon L’échevin Christian Fayt l’a appris avec stupeur et s’insurge !

"C’est hallucinant. C’est vraiment du grand n’importe quoi !" Christian Fayt, échevin ittrois, ne décolère pas. L’objet de cet énervement : une pétition qui vient récemment d’être lancée… contre la reprise de la papeterie de Virginal, IdemPapers.

Pour rappel, il y a quelques jours, le ministre wallon de l’Économie, Pierre-Yves Jeholet, confirmait la reprise d’IdemPapers par un groupe norvégien, un an après l’officialisation de sa faillite qui laissait près de 300 personnes sur le carreau.

Dans un premier temps, une septantaine d’emplois devrait être créée mais l’investisseur norvégien entend bien faire fructifier la papeterie qui portera le nom de Virginal Paper dans le courant du mois.

Mais si cette nouvelle a réjoui beaucoup de monde à Ittre, certains n’ont visiblement pas pris cette reprise de l’activité d’un bon œil et une pétition contre la reprise des activités vient d’être lancée dans la commune.

Un choix qui met hors de lui l’échevin ittrois, Christian Fayt. "J’ai rapidement réagi sur les réseaux sociaux car je ne voulais pas que cela prenne trop d’ampleur, explique-t-il. On s’est tous battus pendant plus d’un an pour trouver une solution et là, visiblement, pour une personne, cela pose problème ! Il fallait réagir pour ne pas tout mettre en l’air et refroidir les investisseurs."

Le problème pour l’initiateur de la pétition : le bruit ! "Après un an de calme vu que l’entreprise était à l’arrêt, il n’a visiblement pas envie d’avoir un peu de bruit près de chez lui alors que c’était déjà le cas par le passé. C’est dingue car c’est aller contre la reprise de l’emploi et contre l’engagement de plusieurs personnes qui vont pouvoir retrouver un job."

Cette pétition fera-t-elle mouche auprès de la population ? Christian Fayt espère que non ! "Je ne pense pas que beaucoup de gens aient signé jusqu’à présent mais il faut être attentif. Je sais qu’il s’est baladé dans les rues avoisinantes mais j’espère que les gens comprennent l’importance d’une reprise des activités de l’entreprise."

Important pour l’emploi dans la région mais également pour les finances communales même si, dans un premier temps, les autorités communales devraient faire en sorte de limiter les conditions à cette reprise. "Certes, l’entreprise rapporte beaucoup d’argent au niveau des taxes et de l’impôt mais la première année, nous allons faire attention de ne pas exagérer ces taxes pour ne pas refroidir les investisseurs", conclut Christian Fayt.