Brabant Wallon En échange, la commune s’engage à prendre plusieurs mesures en faveur de la biodiversité

C’est en fin de conseil communal que la bonne nouvelle a été annoncée : "Natagora vient de voter le retrait de son recours concernant le contournement. On va enfin pouvoir voir le bout du tunnel et avancer sur ce dossier qui traîne depuis près de 40 ans", a déclaré Jean-Luc Meurice, bourgmestre ff de Jodoigne.

Inscrit au plan de secteur depuis 1979, ce contournement pour but de désengorger le centre-ville de Jodoigne et de soulager le carrefour dit du Cheval blanc qui draine pas moins de 20 000 voitures et 2 000 camions par jour, "véritable source de danger et de pollution", précise la commune.

Mais pour l’association de protection de la nature, le tracé de ce projet menace la biodiversité : "Il menace l’intégrité de deux zones humides exceptionnelles qui sont le marais du faubourg Saint-Médard et le marais du ruisseau Saint-Jean." Natagora avait alors introduit un recours en annulation devant le Conseil d’État. Mais depuis le mois de mars, de nombreux échanges ont eu lieu entre le collège et Natagora et une solution a été trouvée. "Nous nous sommes engagés unilatéralement à prendre plusieurs mesures en faveur de la biodiversité sur notre territoire", explique Jean-Luc Meurice. Ainsi, plusieurs connexions hydriques seront réalisées sous le contournement entre les deux parties du Marais. La commune veillera aussi au respect du plan de secteur pour les zones naturelles. "Ce sera notamment le cas à Zetrud-Lumay où nous allons développer une prairie humide permanente afin d’y recréer un biotope équivalent au Marais du Faubourg Saint-Médard", précise le bourgmestre. D’autre part, la gestion de l’espace vert et des bassins de rétention d’eau de pluie du futur quartier belle-vallée (anciennement appelé projet de la Maladrerie) se fera en faveur de la biodiversité et de la valorisation paysagère.