Brabant Wallon L’ancien hôtel de ville entame sa reconversion

Dans l’assiette de nos aïeux est ouverte jusqu’au 21 octobre à l’hôtel de ville. Cette exposition est une préfiguration de la future destination du bâtiment. La majorité, qui veut démontrer qu’elle ne laisse pas tomber l’hypercentre, a, en effet, prévu que l’immeuble devienne une maison des associations.

Et le chantier est en cours : le rez-de-chaussée est terminé avec un réaménagement en divers petits bureaux et salles pouvant servir pour des réunions; des toilettes ont été ajoutées au premier étage; les sanitaires et l’électricité ont été entièrement refaits pour pouvoir accueillir les associations et le public dans de bonnes conditions…

La salle des mariages et la salle du conseil, sous le toit, restent pour l’instant dévolues aux activités protocolaires de la commune. Mais la réflexion est en cours en ce qui concerne la salle des mariages du premier étage, qui est assez petite et ne permet pas toujours d’accueillir tous les membres des familles pour certains mariages.

À l’avenir, seule la salle du conseil pourrait être encore utilisée par la commune. Par ailleurs, il n’y a pas que l’ancien hôtel de ville qui pourra accueillir le secteur associatif. Juste à côté, les locaux de l’ancienne académie de musique serviront également pour cet usage.

Mais là, le chantier de rénovation n’a pas encore commencé et des discussions sont en cours avec une association qui rêvait d’occuper à elle seule tout le bâtiment. Normalement, le tout devrait être opérationnel dans le cours de 2019. "Les aménagements qui ont déjà été effectués dans l’ancien hôtel de ville ont été concertés avec les associations brainoises, précise le bourgmestre Vincent Scourneau. Quand l’ensemble des travaux sera effectué, il n’est pas impossible qu’on arrive à une facture finale de plus de 500.000 €. On envisage aussi de mettre un staff administratif - deux personnes sans doute - à disposition des associations. Avec 350 associations à Braine et 5.000 bénévoles, cela garantira une activité dans le centre, que n’apportait pas une dizaine de fonctionnaires communaux lorsque l’hôtel de ville était en fonction."