Brabant Wallon Seul un pont à Nivelles fait l’objet d’une attention particulière par les experts.

Cette semaine, le chaos matinal pour des milliers d’automobilistes porte un nom : "Herrmann-Debroux". Que l’on soit Bruxellois ou Brabançons wallons, on ne parle que de lui, de ce viaduc vieillissant qui a dû, en urgence, fermer ses accès aux 50.000 automobilistes quotidiens.

D’ailleurs, peut-être que dans votre voiture ou dans les transports en commun, vous aussi, vous n’avez parlé que de lui et vous êtes posé cette question légitime : peut-on vivre le même scénario sur un ouvrage situé dans notre province ? Aucune raison de faire durer le suspense, la réponse est "non" !

Les responsables du Service Public Wallonie (SPW) et de la SOFICO interrogés sur la question se sont montrés rassurants. "La Wallonie compte près de 4.000 ponts et viaducs, tous types confondus, précise Laurence Zanchetta pour le SPW. Le Brabant wallon fait figure de bon élève depuis que son viaduc principal à Wauthier-Braine a subi d’importants travaux. Il n’est pas utile de parler de malheur !"

Comme lui, de nombreux viaducs, ponts et ouvrages sont régulièrement inspectés avant d’entamer des travaux et, parfois, d’envisager une fermeture inopinée. "Il existe un service en interne, composé d’experts et d’ingénieurs, qui se charge de cette compétence. Les premières expertises s’effectuent à l’œil nu. Et puis, le cas échéant, on peut entamer des expertises plus approfondies. Si l’on constate de grosses irrégularités, alors nous sommes obligés d’entamer une fermeture pure et simple, poursuit Laurence Zanchetta. Le problème est que, lors de leur construction, on n’avait pas imaginé un tel trafic autoroutier. Dans les années 60, 70, le nombre de véhicules qui passaient sur ces ouvrages était bien moindre qu’actuellement. C’est une nouvelle donne qu’il faut prendre en compte dans les expertises actuelles."

Une fois les expertises réalisées, les ouvrages sont classés en six catégories : de la catégorie A pour ceux présentant de "gros et importants défauts" à la catégorie F répertoriant ceux où aucun souci n’est à déclarer. "Dans la catégorie A, on recense 39 ponts et viaducs en Wallonie, précise Élodie Christophe, porte-parole de la SOFICO. Sur les 39, seul un est situé en Brabant wallon. Il s’agit du pont-rail sur la route de Monstreux à Nivelles." Ce dernier doit être réhabilité pour la somme de 200.000 euros.

À en croire les services compétents, l’enfer "Herrmann-Debroux" devrait donc rester aux portes de Bruxelles. À condition que la vigilance et la prudence soient de mise chez les hommes et les femmes compétent(e)s en la matière. Et non comme ce fut le cas à Bruxelles, où ce viaduc n’a plus été inspecté depuis… 2002.