Brabant Wallon Plus de 1.000 reconstitueurs se sont affrontés dans les champs à Baisy-Thy.

Le bruit assourdissant des canons, le galop des cavaliers qui chargent, le rouge des troupes anglaises que l’on voit arriver de loin et qui progressent en dépit des tirs coordonnés des troupes de l’Empereur… Baisy-Thy a revécu la bataille des Quatre-Bras, ce week-end, grâce à plus de 1.000 reconstitueurs venus de toute l’Europe et même d’autres continents. Il s’agissait de plus grande manifestation du genre cette année en Europe occidentale.
Il faut dire que pour les premières fois, les régiments pouvaient s’affronter sur les lieux mêmes de la bataille qui s’est produite le 15 juin 1815. Les troupes impériales venaient alors de s’emparer de Charleroi, Napoléon avait pris le commandement de l’aile droite pour poursuivre les Prussiens, tandis que le maréchal Ney affrontait déjà les troupes de Wellington et ses alliés hollando-belges aux Quatre-Bras. Sans véritable vainqueur, juste avant les combats de Waterloo… 

Le syndicat d’initiative de Genappe, samedi et dimanche, a permis au public de parcourir les bivouacs des Alliés et des troupes impériales, assistant à des exercices divers, mais aussi à la vie quotidienne des soldats en campagne, il y a deux cent ans. Et les deux reconstitutions de la bataille constituaient des temps forts pour les spectateurs, qui ont pu assister de très près aux manoeuvres autour de la ferme de Gémioncourt, et recevoir les explications nécessaires.
Les combats, mettant en oeuvre des canons, des chevaux et un bon millier de soldats armés de fusils chargés de poudre se sont déroulés sans couacs majeurs. Samedi soir cependant, un reconstitueur a été légèrement brûlé au visage lors d’un tir.