Brabant Wallon Les Rebecquois (N3) ont sorti Tervuren, pensionnaire de nationale 1, en Coupe de Belgique.

La Coupe de Belgique est souvent le théâtre de belles histoires. Cette cuvée 2017-2018 n’échappe pas à la règle et cette année, la bonne surprise se situe du côté de Rebecq où le MFC Rebecq, pensionnaire de nationale 3, s’est offert une qualification face à Tervuren, formation évoluant au sein de l’élite.

Un succès 4-7 de la part de Rebecquois qui ont tout simplement maîtrisé leur sujet. "En nous déplaçant là-bas, l’objectif était de se faire plaisir face à une équipe de D1, de voir comment les choses allaient se passer et d’éviter de prendre une raclée. Au final, tout s’est bien passé puisque nous avons dominé les 18 premières minutes pour mener 0-2. Tervuren est revenu dans le coup à 3-3, mais on a alors pris l’ascendant physiquement pour s’imposer logiquement par la suite", résume Vincent George.

Une qualification plutôt inattendue même si les joueurs du MFC Rebecq avaient secrètement rêvé de s’imposer à Tervuren. "On savait que ce serait un match difficile mais dans nos têtes, on se déplaçait là-bas pour arracher la qualification."

Une Coupe de Belgique qui réussit bien aux Rebecquois cette année, déjà auteurs d’un beau parcours. "On a déjà éliminé deux formations issues de nationale 2 et maintenant une équipe de N1."

De quoi rêver de franchir encore un tour ? "Au prochain tour, nous affronterons Herstal, leader dans notre série. Comme c’est une équipe de nationale 3, on peut espérer franchir encore un tour dans cette Coupe. D’autant qu’après, un éventuel duel face au LART Bruxelles est possible."

Également 3e de sa série, le MFC Rebecq brille cette année. Il faut dire que l’équipe dispose de tous les ingrédients pour vivre une belle aventure. "Il y a de la qualité dans l’équipe mais surtout, nous sommes une bande de potes, que ce soit sur le terrain comme dans la vie. C’est notre club, celui qu’on a lancé en provinciales, un projet par lequel nous sommes tous concernés."