Brabant Wallon Elle devrait (définitivement) fermer ses portes ce lundi car le bâtiment n’est plus aux normes.

C’est une page de l’histoire de Saintes qui va se refermer ce lundi, en même temps que la fermeture, peut-être définitive, de la bibliothèque.

En effet, le bâtiment qui l’abrite actuellement n’est plus aux normes et il est dangereux d’y accueillir des visiteurs. "Le bâtiment ne répond plus aux normes de sécurité", confirme Michel Januth, le bourgmestre de Tubize. "Mais on doit encore voir ce qu’on en fera une fois qu’il sera vide."

Concrètement, les autorités communales se demandent si cela vaut la peine de le rénover ! "Rien n’est encore acté mais on s’oriente vers une vente car cela coûterait trop cher de le rénover. Nous allons essayer de mettre sur pied un service de navettes pour les Saintois afin qu’ils puissent se rendre à la bibliothèque de Tubize. De plus, on étudie également la piste de créer un point bibliothèque dans la nouvelle école à la rue de Rebecq."

Mais cette décision de fermer la bibliothèque de Saintes fait grincer des dents, surtout du côté de l’opposition RC (Renouveau Communal). "Abstraction faite de la peine de voir un pan de culture disparaître, nous sommes en plein surréalisme budgétaire", déplore le groupe RC sur son site Internet. "Au début de la législature, le bus communal qui assurait le transport des aînés vers le marché du jeudi avait été supprimé en raison de mesures d’économie. Il a fallu plus d’un an pour admettre cette erreur, se ranger à notre avis et revoir cette décision car la gestion d’une commune ne se limite pas uniquement à des paramètres financiers. Aujourd’hui, ils décident de mettre en place un service de navettes complémentaires pour faire des économies d’échelle. Au secours !"

Mais, pour Michel Januth, il n’y a pas de lien à faire. "Le bus communal qui faisait les navettes nécessitait trois chauffeurs. Nous avons pris le parti d’utiliser des navettes du service social communal qui sont plus flexibles mais le service continue et existe toujours. Concernant la fermeture de la bibliothèque, s’ils avaient fait leur boulot à l’époque et remis le bâtiment en état, on n’en serait pas là avec un bâtiment dans un état déplorable."