Brabant Wallon Une mesure de faveur pour un ex-médecin qui donnait des consultations… au café

Un quinquagénaire nivellois, titulaire d’un diplôme de médecine, s’est retrouvé sur le banc des prévenus du tribunal correctionnel, poursuivi pour avoir donné des consultations et avoir prescrit des médicaments à plus de 40 reprises de 2015 à 2016. C’est qu’il avait perdu son agrément officiel en 2014…

Ses patients, il les rencontrait notamment dans les cafés lors de ce qui relevait plus de l’entretien que de la consultation médicale. Et il établissait des certificats "pour aider"… " Mon client a été médecin durant 20 ans, a expliqué son avocat à l’audience. C’est une profession difficile, comme on le sait, et suite à un divorce, il a sombré dans l’alcool. Une véritable descente aux enfers au terme de laquelle il s’est retrouvé sans toit, et a dû être hébergé dans une maison d’accueil nivelloise. Il se reprend petit à petit aujourd’hui, il commence à relever la tête…"

Du côté du ministère public, on a convenu que le quinquagénaire n’avait pas le moindre antécédent judiciaire. "Donc je n’ai pas envie de matraquer Monsieur, avait requis la substitut à l’audience . Et une amende, dans la situation du prévenu, n’aurait pas trop de sens. Je requiers donc une peine de trois mois de prison avec sursis, ou une peine de travail qui aurait l’avantage, pour la suite, de ne pas laisser de trace dans le casier judiciaire."

Le tribunal a rendu son jugement vendredi. Il octroie au prévenu une mesure de faveur plus importante encore, puisque l’ex-médecin s’en tire pour cette fois avec la suspension du prononcé. Celle-ci est toutefois assortie de conditions probatoires. Pour pouvoir en bénéficier, le prévenu devra notamment continuer avec rigueur le suivi psychologique qu’il a entamé depuis quelques mois.