Brabant Wallon

La troisième édition du Toots Jazz Festival se tiendra du 7 au 9 septembre prochains sur la place Communale de La Hulpe.

Le festival débutera le vendredi 7 septembre à 17 h avec des apéros jazz avant que le groupe Kimberose de la chanteuse anglo-ghanéenne Kimberly Kitson Mills ne rejoigne la scène à 20 h 30. À 22 h, c’est le saxophoniste camerounais Manu Dibango qui présentera, en compagnie de son groupe, son nouveau spectacle Afrikadelik, à la suite de quoi il y aura une after party.

Le samedi 8 septembre , les animations débuteront à 14 h avec la participation de jeunes talents. À 18 h 30, le baryton-basse José van Dam, le bassiste Jean-Louis Rassinfosse et le pianiste Jean-Philippe Collard-Neven interpréteront leurs Chansons d’automne tandis que, à partir de 20 h, le pianiste américain Kenny Werner et l’harmoniciste suisse Grégoire Maret rendront un hommage appuyé à Toots avant que le Brussels Jazz Orchestra, conduit par le chanteur David Linx, ne rejoigne le podium pour un spectacle dédié à Jacques Brel, une autre de nos gloires nationales. Une autre after party est alors programmée.

Enfin, la journée du dimanche 9 septembre débutera à 11 h avec un apéro jazz. À 15 h 30, la célèbre organiste de jazz Rhoda Scott se produira sur scène avec le Lady Quartet composé, par ailleurs, de Lisa Cat-Berro (saxe-alto), Sophie Alour (saxe-ténor) et Julie Saury à la batterie. La dernière journée du festival s’achèvera avec le Cesaria Evora Orchestra, l’ensemble de la fabuleuse chanteuse cap-verdienne décédée en 2011. Toots Thielemans a conquis au fil de sa carrière les plus grandes scènes du monde et, en septembre 2012, le célèbre Lincoln Center de New York lui avait rendu un vibrant hommage en compagnie de certains de ses amis musiciens tels que le pianiste et compositeur américain Kenny Werner qui sera présent à La Hulpe.

Toots est né dans les Marolles bruxelloises. Ses parents exploitaient un café au 116 de la rue Haute, il apprendra, dès l’âge de trois ans, à jouer de l’accordéon. Il n’hésitera pas à interpréter l’un des tubes du moment, notamment l’incontournable Internationale. À 17 ans, il se mettra à jouer de l’harmonica en écoutant, entre autres, les disques de l’orchestre de Ray Ventura. Puis, influencé par Django Reinhardt et, comme on lui conseillait d’apprendre un instrument "sérieux", il se mit à la guitare.

À partir de ce moment, il jouera avec les plus grands, soit de la pop, comme Paul Simon, Natalie Cole, Stevie Wonder ou Nick Cave, soit du jazz (Miles Davis, Charlie Parker, Oscar Peterson, Ella Fitzgerald, Bill Evans, George Shearing, Dizzy Gillespie, Herbie Hancock ou encore le fabuleux Quincy Jones qui a lancé tant de musiciens de jazz). Ayant mis fin, très fatigué, à sa carrière deux ans avant sa disparition, il aura fait de l’harmonica un instrument noble, développant, au passage, un style propre et totalement inimitable. Il a également participé à l’enregistrement de musiques de film comme le mythique Midnight Cowboy.

Belga