Brabant Wallon La Ville peaufine une motion pour dire non aux centrales nucléaires

La séance du dernier conseil communal a débuté par une interpellation citoyenne. Thierry Bourgeois, habitant de Céroux et membre de l’ASBL Fin du Nucléaire, a interpellé le collège sur les risques d’accident nucléaire et les plans d’urgence à appliquer dans ce cas de figure.

Après une minute de silence en mémoire des victimes de catastrophes nucléaires, Thierry Bourgeois est revenu, pendant 10 minutes, sur le fait que la "sécurité est dangereusement compromise du fait de la présence sur le territoire belge et à ses frontières de nombreux réacteurs nucléaires." Et d’ajouter : "sept réacteurs belges sont vétustes, ayant tous dépassé les 30 ans, voire les 40 ans de fonctionnement, ce qui augmente la probabilité d’un accident majeur." Thierry Bourgeois a rappelé le risque d’attentat, de séisme, les risques climatiques et l’épuisement des ressources pour insister sur l’urgence de démanteler les centrales. "Savez-vous que si un accident atomique survient, rien n’est prévu ? Les conséquences d’un accident grave sont ingérables ! Je m’explique : le plan d’urgence fédéral ne prend en compte que les 5 premiers niveaux de l’échelle. Or, les niveaux pour les événements nucléaires peuvent monter jusqu’à 7 comme ce fut le cas pour les catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima."

Le bourgmestre, Jean-Luc Roland (Ecolo), lui a répondu que "le descriptif est correct : tout le monde serait dépassé par l’événement et il serait difficile de mettre un plan en œuvre. C’est une des raisons pour lesquelles il y a lieu d’être contre le nucléaire. Nous allons soumettre un texte lors d’un prochain conseil communal."

Cédric du Monceau (Avenir-CDH), premier échevin, a regretté que les budgets alloués aux risques nucléaires captaient ceux de la recherche. "Où, justement, on pourrait trouver des alternatives", a-t-il précisé.

Michel Beaussart (PS) , échevin de l’Énergie, a rappelé qu’il fallait aller vite pour sortir du nucléaire. "Je rappelle que le gouvernement fédéral a répété sa volonté de sortir du nucléaire en 2025", a-t-il conclu.