Brabant Wallon L’école Saint-Ferdinand fait face à une pénurie et les élèves ont été déplacés vers d’autres enseignes

Que se passe-t-il au sein de l’école Saint-Ferdinand, située à Ohain, depuis quelques semaines ? C’est la question que se posent plusieurs parents après avoir vu successivement plusieurs professeurs remettre un certificat maladie de longue durée.

Une situation inquiétante puisque sans professeurs, impossible de dispenser les cours ! "Nous n’avons pas eu d’explication officielle si ce n’est qu’ils ont remis un certificat médical, déplore Sandrine Everaert, la maman de deux enfants de l’école. On se demande ce qu’il se passe car, depuis le début de l’année, on a noté un changement dans l’attitude des professeurs qui étaient pourtant si souriants par le passé."

depuis trois semaines, la situation s’est empirée. Si bien qu’une réunion a été organisée entre la direction de l’établissement, le pouvoir organisateur et les parents. "La solution qui a été trouvée, c’est de dispatcher les élèves au sein de deux autres établissements (Saint-Léon et Notre-Dame à La Hulpe) dans quatre classes différentes."

Une décision qui n’a pas fait que des heureux. "Nous sommes inquiets pour l’avenir de nos enfants. Pour nous, ce n’est pas possible de les déposer ailleurs le matin et rien n’a été organisé pour les transports. Du coup, ils viennent à l’école Saint-Ferdinand… à la garderie. En plus, on n’a reçu aucune explication quant à la manière de travailler des autres institutions."

Et Sandrine de conclure : "Nos enfants ont déjà pris du retard et je vois mal les professeurs d’une autre école changer leur méthode d’apprentissage pour quatre nouveaux enfants, sans pénaliser les autres. Je pense qu’il est plus logique de déplacer des professeurs qu’une école entière ! Il n’y a aucune sécurité et on aimerait quand même comprendre ce qu’il se passe et pourquoi on en est arrivé à cette situation."

Félix Adriaens, président du pouvoir organisateur de l’établissement scolaire, revient sur cette situation inédite. "Comme c’est un peu le cas partout, nous faisons malheureusement face à une pénurie de professeurs, explique-t-il. Il faut savoir qu’à l’école Saint-Ferdinand, on ne compte que trois classes et quand il y a un professeur absent, contrairement à d’autres établissements, il n’est pas possible de les dispatcher dans d’autres classes."

Face à cette situation exceptionnelle, il a donc fallu trouver une solution… exceptionnelle. "Notre objectif était de scolariser ces enfants. Pour ce faire, la solution qui a été privilégiée, c’est de les dispatcher au sein de deux autres enseignes. Une idée qui est d’ailleurs à mettre au crédit des professeurs qui ont eux-mêmes proposé cette solution. De notre côté, on s’est renseigné sur la légalité de la chose et nous avons eu l’accord de la Communauté française. Je pense que c’était la meilleure solution."

Quant à l’apprentissage des enfants de Saint-Ferdinand, Félix Adriaens affirme que le suivi est complet. "Les classes ont été réparties en fonction de l’année scolaire des enfants bien évidemment et comme ce sont les professeurs qui ont proposé cette idée, ils seront attentifs aux nouveaux arrivants. De plus, la directrice de l’école Saint-Ferdinand reste très attentive à ce que tout se déroule au mieux pour tout le monde."