Brabant Wallon Deux Lasnois ont décidé de nettoyer 40 plages entre la France et la Belgique

Adrien et Sébastien sont tous les deux passionnés par la mer et la voile depuis de nombreuses années maintenant. Après avoir fait leurs propres expériences sur une impressionnante série d’embarcations différentes, ils ont décidé de parcourir une partie de la côte avec comme objectif de la nettoyer de ces déchets qui s’entassent malheureusement un peu partout. " On va descendre le long des côtes belges et françaises à bord d’un catamaran de plage à la chasse aux déchets, expliquent les deux aventuriers. L’idée est simple : mener notre aventure sans moteur, filer comme le vent, sans bruit ni pollution, entre notre point de départ situé entre deux brise-lames belges et l’arrivée 2.460 kilomètres plus bas sur la carte, à la frontière espagnole. "

Concrètement, si tout se déroule comme ils l’ont prévu, leur périple à la chasse aux déchets le long des côtes durera une quarantaine de jours. " 40 jours de voyage sur un catamaran de cette taille, cela signifie 40 escales pour la nuit donc 40 plages où venir échouer notre embarcation. Nous nous mettons au défi de les nettoyer une par une. Nous sommes sensibles à la problématique de la pollution des océans et principalement aux horreurs causées par les 8 à 9 millions de tonnes de crasses en plastique qu’on y balance chaque année. Une partie de ces déchets échoue sur les plages du monde entier. "

ET pour arriver à relever ce défi fou, les deux amis de longue date ont lancé une campagne de crowdfunding sur le site kisskissbankbank. Une campagne plus que réussie puisque, à la base, ils souhaitaient récolter 1.000 euros et que les 33 donateurs qui se sont manifestés leur ont permis d’obtenir un joli pactole de 1.155 euros.

Comme on le dit souvent : " maintenant, il n’y a plus qu’à ! " Les choses sérieuses peuvent commencer pour Adrien et Sébastien et même s’ils sont conscients qu’ils ne pourront pas tout nettoyer à deux, ils espèrent que leur initiative permettra de susciter d’autres vocations chez d’autres personnes sensibles à la problématique.