Brabant Wallon

La ligne de haute tension qui passe par Bornival doit être renouvelée pour 2020.

Installée en 1960, la ligne haute tension (2X 150.000 volts) reliant Gouy à Oisquercq et qui passe par Bornival a fait son temps: Elia veut la renouveler à l’horizon 2020 et a lancé une procédure dans les différentes communes concernées, afin de poser de nouveaux câbles. L’enquête publique est terminée à Nivelles et même si elle n’a pas suscité des masses de réaction dans la population, le collège a décidé d’émettre un avis défavorable.

Pas défavorable à la ligne à haute tension, mais au projet d’Elia: pour l’exécutif aclot, il est temps qu’Elia passe à l’enfouissement de ses lignes de haute tension, comme cela se pratique de plus en plus dans d’autres pays européen.

Aux côtés des communes de Courcelles, Seneffe, Ittre et Tubize, Nivelles avait d’ailleurs demandé à l’opérateur d’étudier cette alternative. Ce qui a été fait mais Elia a estimé que faire passer la ligne sous terre le long du canal Charleroi-Bruxelles était technique difficile, voire irréaliste, et nécessiterait pas mal d’abattage d’arbres. Et surtout cela couterait deux fois plus cher que la solution aérienne…

Pas de quoi convaincre le collège aclot, et sans doute celui des autres communes qui préféraient cette solution.

« Nous avons pris une position de principe: l’avenir de ce type de lignes, c’est d’être placées sous terre, confirme l’échevin aclot du développement durable, Pascal Rigot (Ecolo). Je pense que les problèmes techniques peuvent être surmontés: on le fait bien ailleurs. C’était aussi ce que recommandait le SDER, cet outil régional qui n’était pas contraignant. Les lignes enterrées, cela apporte tout de même un sérieux plus au niveau esthétique. Et cela limite les nuisances électromagnétique puisque sous terre, elles doivent être protégées. »