Brabant Wallon Les premiers coups de pelle ont été donnés mardi. Près de 40 ans après la naissance du projet !

Certains l’avaient déjà catalogué dans la longue liste des grands projets qui ne verraient jamais le jour en Brabant wallon. Pourtant, il est désormais prêt à sortir de terre. Le contournement de Jodoigne, inscrit au plan de secteur depuis 1979, est en passe d’être concrétisé.

Du moins dans sa première partie : hier, les autorités communales, provinciales et wallonnes ont donné le premier coup de pelle(teuse) pour la première phase du projet, laquelle doit permettre de relier la chaussée de Charleroi (N29) à la chaussée de Wavre (N240) en évitant de passer par le centre de la cité de la Gadale. "Il ne s’agit pas d’une simple route à vocation locale, précise le bourgmestre en titre de Jodoigne, Jean-Paul Wahl. Il s’agit de pouvoir gérer le trafic qui utilise la N29 pour relier les autoroutes E40 et E411 et qui veut éviter un Ring de Bruxelles surchargé. Il s’agit de désenclaver les communes de l’est du Brabant wallon, il s’agit de pouvoir gérer le développement commercial du centre de Jodoigne (lire ci-dessous), d’assurer la sécurité d’une ville scolaire et de permettre à plusieurs villages de retrouver une plus grande quiétude."

Cette nouvelle voirie se justifierait aussi par la nécessité d’un développement économique avec l’aménagement futur du zoning d’Hélécine, lequel devrait attirer pas mal d’entreprises et, a posteriori, gonflé le nombre de véhicules sur les routes de l’est de la province. "Il est essentiel, lorsqu’on a ces opportunités économiques qui se développent, lorsqu’il y a cette pression foncière et démographique, que les infrastructures prioritaires puissent suivre, précise Mathieu Michel, le président du collège provincial. D’ici 2030, nous allons accueillir 50.000 personnes en plus en Brabant wallon. Et on sait que la majorité s’installera dans l’est du Brabant wallon. Nous voulons qu’elles aient un accès aisé à l’emploi et qu’elles aient une mobilité facilitée. Et cela passe par la construction de ce contournement."


Pour autant , le bourgmestre en titre sait que les travaux entamés mardi risquent de ne pas être suffisants si l’ensemble du contournement n’était pas concrétisé. Or, actuellement, rien n’est budgété pour les 10 kilomètres de la phase 2. "Le travail ne fait que commencer, confirme Jean-Paul Wahl. Car, pour être efficace, le contournement devra être entièrement finalisé."

Objectif final : désengorger le centre-ville d’un important trafic de transit fort de 22.000 véhicules dont 2.000 poids lourds. "Ce contournement permettra de soulager le centre, confie Jean-Paul Wahl. Mais il y aura toujours des embouteillages car Jodoigne est une ville scolaire où se rendent chaque jour près de 5.000 élèves. Aux heures d’entrée et de sortie des classes, les bouchons seront toujours là mais minimisés grâce au contournement. Le samedi aussi je l’espère car cela voudrait dire que le commerce fonctionne toujours bien en centre-ville."