Brabant Wallon Les opposants restent sur leur faim alors que les personnes favorables soutiennent le dossier

Ce samedi a eu lieu à Grez-Doiceau la réunion d’information technique sur le contournement nord de Wavre. Une réunion attendue par de nombreuses personnes alors que sur les réseaux sociaux, on retrouve souvent le débat avec le hashtag BalancetonCNW.

Une centaine de personnes ont ainsi pu entendre les réponses du représentant de la direction des routes du Brabant wallon et du bureau qui a mené l’étude d’incidences. Avec un public qui a soumis ses interrogations sans pour autant obtenir les réponses claires et précises qu’il s’attendait à recevoir.

Pire, certains membres de l’assistance n’ont pas été enchantés par le positionnement affiché par le fonctionnaire de la Région wallonne, qualifié d’arrogant par le public qui déplorait du même coup son manque de rigueur.

Pour certains , c’est l’impression de se trouver devant un promoteur, plutôt que devant un haut fonctionnaire, qui dominait. "Nous nous attendions, d’un haut fonctionnaire, à plus d’objectivité et de rigueur scientifique", lançait ainsi un citoyen à la sortie de la réunion.

Cela tenait aussi parfois du dialogue de sourds quand il s’agissait de parler du transit dans Wavre, quand le représentant du SPW parle de chiffres venant de la presse et que les opposants parlaient de ceux tirés du Plan de mobilité de Wavre.

Le débat s’est poursuivi sur les réseaux sociaux. "Ils ne parlaient pas beaucoup des études de circulation que le SPW a fait réaliser et qui sont la motivation première du CNW, défend un citoyen, partisan du contournement. Il faut dire que personne n’a demandé qu’ils sortent leurs chiffres face à ceux farfelus des opposants."

Un plaidoyer pour une autre mobilité a été par ailleurs évoqué afin de préserver l’avenir de la jeunesse. Une crainte retrouvée chez les opposants est de voir une balafre dans un paysage exceptionnel, sans parler de ce que certains n’hésitent pas à appeler "la partialité de l’étude".

Tout n’est pas plié pour autant, c’est du moins la version donnée par les autorités qui disent vouloir collecter les informations et les remarques avant de trancher.