Brabant Wallon L’infrastructure pourrait trouver une bouée de sauvetage au Bois des Rêves.

Fondé 1989 au sein de l’avenue Hoover, à quelques encablures du lac de Genval, le Musée de l’Eau et de la Fontaine, qui a reçu près de 250.000 visites en 20 ans, vit aujourd’hui des heures bien sombres. En cause : la mise en vente de ses locaux par les propriétaires. Dès la fin du bail, le musée devra quitter les lieux. Sans savoir où s’installer. Une lueur d’espoir vient pourtant d’arriver : le musée pourrait être accueilli au Bois des Rêves.

Jean-Pierre Courtois, vous êtes le président-fondateur du musée. C’est une bonne nouvelle pour vous ?

"Disons que c’est une éclaircie dans la grisaille. Rien n’est encore décidé. On reste donc dans l’incertitude."

Des réunions ont pourtant déjà eu lieu avec la Province, propriétaire du Bois des Rêves ?

"Effectivement. Plusieurs réunions ont eu lieu et d’autres devront suivre. Mais pour l’instant, nous n’avons reçu aucune confirmation officielle que le Musée de l’Eau et de la Fontaine puisse venir s’installer au Bois des Rêves."

Qu’est-ce qui coince ?

"Principalement la date d’arrivée du musée au Bois des Rêves. Cela doit s’inscrire dans le cadre du réaménagement domaine. Des bâtiments devront être construits. Selon les estimations, le musée ne pourrait déménager au Bois des Rêves qu’en 2020. Or, notre bail à Genval arrive à échéance à la fin de l’année 2017."

Une solution transitoire doit donc être trouvée…

"Tout l’enjeu est là. Si l’option Bois des Rêves se confirme, que ferons-nous pendant deux ans ? Si le musée doit fermer temporairement ses portes, nous pourrons toujours nous rendre dans les écoles pour faire des animations. Mais est-ce que ça sera suffisant pour pouvoir garder l’ensemble du personnel ? Je ne sais pas. D’autant plus qu’on ignore si cette solution peut fonctionner."

Et puis, il y a toujours ce problème de place…

"À l’heure actuelle, nous n’avons aucune précision sur la dimension des locaux que nous pourrions avoir au Bois des Rêves. On parle d’un petit 200 m². Si on retire l’accueil et la salle d’animation, on arriverait à 100 m² pour les salles d’exposition. Or, actuellement, on est déjà à l’étroit avec un espace de 450 m² dont 300 m² pour les expositions."

Il y a donc encore du pain sur la planche pour trouver une solution…

"Oui. C’est pour ça que des réflexions doivent encore avoir lieu. Selon l’agenda, on devrait savoir à la mi-2016 si le Musée aura ou non un futur au Bois des Rêves."