Brabant Wallon Le dernier étage de l’immeuble à kots pourra bientôt être à nouveau habité

À la fin du mois d’août, les étudiants occupants les kots situés au 10e et dernier étage de la Tour de Picardie, plus connue sous le nom de Tour des Wallons, ont été obligés de quitter les lieux et de se trouver un nouveau logement.

Motif invoqué : le bâtiment n’était plus aux normes depuis que les pompiers ont changé le règlement pour des raisons de sécurité. "Le dossier est sur la table depuis 2008 et aucune solution n’avait été trouvée jusqu’ici", lance l’échevin de l’Urbanisme Cédric du Monceau. Le problème est que le bâtiment est trop haut et qu’il n’est donc pas suffisamment accessible, même pas via l’échelle des pompiers."

Ce bâtiment mesure en effet moins de 25 mètres de hauteur. Du moins en théorie. Dans la pratique, il est bien plus haut, même s’il est difficile de donner une mesure exacte.

Le premier rapport négatif au sujet de ce bâtiment émis par les pompiers daterait même de… 2006. Il aura malgré tout fallu attendre près de dix ans pour que le conseil communal décide du rehaussement de l’Impasse de Picardie. Ce qui rendra le 10e étage de la Tour accessible aux pompiers.

S’il a fallu attendre si longtemps, ce serait à cause des propriétaires. "C’est toujours le problème", complète l’échevin. "Les travaux bloquent quand il y a une mauvaise gestion d’une copropriété. Il a fallu de nombreuses réunions pour sortir de ce tunnel."

En délivrant le permis de bâtir, Cédric du Monceau entend ainsi sortir… de l’impasse. "Maintenant, la Région wallonne doit le valider et, ensuite, les travaux pourront être réalisés."

Mais ce bâtiment ne serait qu’une illustration de ce qui se passe à Louvain-la-Neuve. "Beaucoup de bâtiments sont vieux et doivent être rénovés. Mais les propriétaires ne font rien car ils risquent de perdre de l’argent puisqu’ils devraient laisser les bâtiments vides pendant plusieurs mois. Je le comprends, mais c’est nécessaire. Il faut faire des efforts", termine l’échevin de l’Urbanisme, en saluant le fait que l’UCL entretient parfaitement ses logements.