Brabant Wallon

L'homme faisait livrer sa marchandise par un sbire

Le tribunal correctionnel du Brabant wallon a condamné mardi Conrad B., un habitant d'Ottignies né en 1993, à dix-huit mois d'emprisonnement ferme ainsi qu'à une confiscation de 7.500 euros. Déjà connu pour des faits de stupéfiants qui lui avaient valu une précédente condamnation, l'homme était sous bracelet électronique en février et mars dernier, lorsqu'il a remis sur pied un commerce de stupéfiants à partir du kot qu'il occupait à Louvain-la-Neuve. Un de ses amis, Aurélien H.(1992), l'aidait pour les livraisons. Ce dernier, sans antécédents, s'en tire avec une peine de travail de 200 heures.

Ce sont des informations parvenues à la police ottintoise qui ont attiré l'attention sur Conrad B. Des observations menées par les enquêteurs ont permis d'intercepter Aurélien H. juste après un échange entre les deux suspects, par la fenêtre du kot occupé par Conrad B. Dans le sac à dos du premier, les policiers ont trouvé du cannabis. Et dans le kot du second, une perquisition a permis à la police de mettre la main sur 7.000 euros et 150 grammes d'herbe.

Les deux prévenus, lorsqu'ils ont été interrogés, ont confirmé qu'ils avaient débuté leur commerce illégal environ un mois auparavant, et qu'ils avaient environ 350 grammes de drogue depuis le lancement de leur activité. Ils se partageaient les bénéfices.

Sur le banc des prévenus, Conrad B. a expliqué qu'il avait agi par "nécessité", son placement sous bracelet électronique lui ayant fait perdre un emploi qu'il exerçait par ailleurs au noir tout en touchant des allocations de chômage.

Le jugement rendu mardi souligne la gravité des faits, les antécédents judiciaires spécifiques du premier prévenu et constate qu'aucun des intéressés n'avait amorcé de prise de conscience lors de l'audience du 29 août dernier.